Ouverture de Mons 2015 : grande affluence

Le samedi 24 janvier est une date dont se souviendront les Montois. Pour l’ouverture de ‘Mons 2015, capitale européenne de la culture’, nous sommes prévenus : le centre de la ville sera inaccessible en voiture. Malgré le retard du chantier de la gare, il est facile de se rendre en train vers les festivités. Pour les visiteurs qui rejoignent la ville en train, des navettes sont prévues pour amener les amateurs de culture vers le centre. La ville de Mons n’est pas bien grande et il est facile de rejoindre la Grand-Place en comptant sur ses pieds uniquement.

Comme nous vous l’annoncions, le programme propose une trentaine de spectacles, installations, concerts et autres interventions. Très vite, on peut constater que le public est nombreux, très nombreux. Il faut rejoindre le centre par des petites rues étroites qui offrent déjà certaines œuvres telles que des collages, non prévues par les autorités. En passant par la rue de Nimy, difficile de s’empêcher de penser à ‘The Passenger’, sculpture monumentale de l’artiste Arne Quinze, qui a malheureusement dû être démontée avant l’ouverture officielle. De nombreux passants arborent une veste/cape argentée, parfois customisée lors d’ateliers qui ont eu lieu les jours précédents. Une vingtaine de tentes igloo est répartie sur le square Franklin Roosevelt dans lesquelles des musiciens factices jouent des instruments.

Il faut faire des choix parmi les nombreuses activités car il faut parfois s’armer de patience pour accéder à certaines œuvres. Sans pouvoir compter les gens, il est facile de deviner que l’objectif des 100 000 visiteurs sera dépassé. A 18 heures, les installations de feu de la Compagnie Carabosse commencent à illuminer la Place du Parc. Difficile d’attendre de voir tous les points illuminés car chacun est allumé manuellement. Pour accéder aux jardins du Beffroi, illuminé pour l’occasion, les stewards ont du mal à gérer le monde et la montée vers ces jardins dure une vingtaine de minutes. Les jardins accueillent des personnages, objets et animaux formés par des treillis illuminés. Le tour se fait, comme pour le reste des activités, au rythme des personnes qui précèdent et celui des nombreuses photos prises. A la sortie, les policiers, qui bloquent un accès, conseillent un itinéraire contredit quelques minutes plus tard par des stewards. La gestion des visiteurs n’a sans doute pas été répétée comme les spectacles.

Mons2015a

 Les activités se répètent toutes les 20 minutes afin de permettre de profiter de chacune même si, vu l’affluence, il est difficile de tout voir. Peu importe, la Place du Marché aux Herbes est décorée de lumières leds qui offrent un spectacle de breakdance et d’acrobaties rythmé par l’alternance de l’allumage. Pas évident de suivre ces danseurs robotisés orchestrés par un DJ qui tente de faire bouger les passants.

Une autre file est à subir mais les visiteurs sont patients et le bon esprit règne pour accéder à la grande cour du Carré des Arts. L’attente en vaut cette fois réellement la peine. Une fois les portes fermées, les façades s’illuminent et les sons commencent à vibrer. Le temps d’un instant, on peut se sentir emporté vers le ciel dans ce mapping 360° réalisé par Dirty Monitor. Les images et les sons sont puissants et sont plus qu’adaptés au lieu dont le sol de la cour a été peint par Jean-Luc Moerman.

Mons2015b

Le Théâtre Le Manège est aux couleurs de Woodstock et des concerts se suivent ainsi que plusieurs animations. A l’extérieur, un petit groupe reste sous un jet d’eau, protégé éventuellement d’un plastique, rappelant l’état de festivaliers après des concerts sous la pluie. Performance courageuse car la température n’est pas franchement positive.

La Maison Folie fait honneur à des artistes français et accueille les visiteurs par des collages de Mimi the Clown dans la cour. A l’intérieur, on y croise une chanteuse et des danseuses, en petites tenues parfois, un tatoueur en plein travail, des trophées étonnants (des têtes de chiens), …

Mons2015 maison folie1

Un paysage surréaliste entre boîte de nuit, salon de tatouage et cabinet de curiosités.

Mons2015 maison folie2

Une réussite pour les défenseurs de Mons 2015, malgré une certaine résistance qu’on peut croiser dans des rues voisines et des critiques, justifiées et non. Il est très difficile d’atteindre la perfection, au niveau culturel, c’est encore pire.

Tags from the story
Written By

Peintre, écrivain en bâtiments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *