Paix Nationale

 « L’histoire se déroule dans un pays où deux territoires cohabitent avec plus ou moins de difficultés : là-bas et ici. Un beau jour, tout explose et là-bas s’en va en emportant la mer. A sa place, un grand trou. Il n’y a plus qu’ici à perte de vue et ses camps de ré-acclimatation. Dans l’un d’eux, Monsieur Bril, un de là-bas resté ici, et Mimi, une rescapée du centre, la foutue portion qui a tout déclenché ! Il s’agit pour eux de cohabiter au mieux avec le kit de survie que leur a donné le centre d’accueil ainsi que les deux livres mis à leur disposition : le petit dictionnaire Larousse de 1975 et l’art de plier les serviettes de table. Et si la fêlure entre nord et sud devenait fracture, crevasse infranchissable? Un gouffre si profond qu’il faudrait escalader à mains nues cette falaise d’incompréhension mutuelle pour atteindre enfin la zone tampon, ce centre incertain où se retrouveraient tous les rescapés du grand séisme national… ? Les personnages et les situations de cette fable étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »La Paix Nationale, en voilà un sujet plus qu’actuel pour notre plat pays. Actuel et interpellant. En effet, qui peut décemment nier se poser quelques questions existentielles sur le futur incertain de la Belle… gique ?

Geneviève Damas, elle, n’a pas hésité à se demander ce qu’il se passerait si le fossé linguistique et politique qui sépare notre nation se craquelait, ce qu’il se passerait si le fil qui la fait tenir en l’équilibre se rompait et que, dans une grande fracture, nous nous retrouvions tout simplement séparés… à jamais.

Une séparation, oui, mais pas à l’amiable. Victimes d’un départ fracassant, hébétés, démolis, ceux qui restent sont désormais obligés de rebâtir, reconstruire et puis, surtout, de trouver de nouveaux repères… Le décor, sommaire mais complexe, et les costumes donnent d’emblée le ton : cette fracture est bien plus qu’un au revoir, c’est un traumatisme. Nous sommes dès lors plongés dans un monde post apocalyptique où les rescapés reçoivent un lopin de terre et une petite valise. Un lopin de terre où ils sont assignés à trier, encore et encore, tout en étant bercés par la douce voix des représentants de la Paix Nationale.

Drôle et intelligente, absurde et subtile, si la pièce est rondement menée, on ne peut s’empêcher de rester quelque peu sur sa faim. En effet, les idées sont intéressantes et bien amenées, les paraboles, les métaphores sont recherchées et bien pensées, et pourtant. Un léger sentiment de « déjà vu », « déjà entendu » nous assaille à la fin. Fierté, rancœur, injustice, divergence. Incompréhension, aberrance, infantilité, stérilité. Uniformité, ressemblance, humanité, harmonie. Des concepts tellement évidents, déjà tant rabâchés

Mais peut-être n’y a-t-il rien d’autre à dire sur la question, après tout… Peut-être que la Paix Nationale n’attend qu’une seule chose : que nous retroussions nos manches, une bonne fois pour toute, pour œuvrer doucement mais fièrement pour elle. Retrousser ses manches pour l’harmonie culturelle et linguistique, Geneviève Damas et Le Public n’ont pas hésité à le faire en offrant la possibilité aux néerlandophones d’assister aux représentations grâce aux surtitres fièrement disposés en haut à droite de la scène. Et, rien que pour ça – mais aussi le jeu, la mise en scène et les dialogues, bien sûr ! –, comment pourrait-on ne pas vous exhorter à y aller ?

Qui plus est, cerise sur le gâteau, on vous offre cinq fois deux places pour la représentation du 20 avril donc vous n’avez aucune excuse !

Du 13/04 au 30/06 au Théâtre Le Public, 64-70 rue Braemt à 1210 Bruxelles. Les tarifs sont de 7 à 25 €.

De: Geneviève Damas Mise en scène : Pietro Pizzuti Avec: Geneviève Damas et Alexandre von Sivers.

Pour plus d’infos, allez voir sur le site du Public

Culture et Compagnie vous offre  5 x 2 places pour le 20/04 à 20h 30.

Pour faire partie des heureux gagnants, rien de plus simple!Il vous suffit d’aimer la page Facebook ou  de vous abonner par e-mail au site et de signaler votre participation en envoyant un message à culture@culturetco.com !

Bonne chance à tous!

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *