Petites histoires de la Belgique de nos grands-parents

C’est avec un plaisir empreint de nostalgie que se tournent les pages de Petites histoires de la Belgique de nos grands-parents. André Hankar nous y dévoile ce que fut le quotidien de notre pays lors de son enfance et de son adolescence.

Ce recueil est divisé en 70 souvenirs décrits très simplement, de quelques pages seulement. Un retour dans le temps, des petits pans d’histoire qui se lisent rapidement. Avec humilité et humour, André Hankar, se souvient de tout ce qui a fait sa jeunesse comme la Minerva de son grand-père, le pensionnat dans un collège anglais et le jeu de cricket, le premier frigo familial, sa maison en 1929; mais aussi les grands événements que furent les jeux de 36 à Berlin, la situation en 39-45, ou l’expo 58… Au travers de ses souvenirs, il raconte les événements politiques, économiques, industriels qui ont marqué la première moitié du XXe siècle et ont changé l’Histoire.

Bruxelles tient une place importante dans ce livre, l’auteur étant originaire de la capitale. En lisant, on sourit à s’imaginer l’avenue Louise arborée, fleurie et calme(!), le patinage dans le bois de la Cambre, ou l’allumeur de réverbères au gaz parcourant les rues… On se dit que les temps ont bien changé depuis, et on pense à la foule de progrès qui ont été réalisés en si peu de temps jusqu’à aujourd’hui, pas toujours pour le meilleur….

J’ai beaucoup apprécié lire ces quelques souvenirs car ils m’ont fait penser aux histoires que me racontaient mes propres grands-parents lorsque j’étais petite. C’est à la fois amusant et touchant. Et j’encourage vivement la lecture de tels témoignages, car c’est à travers eux que les générations suivantes peuvent se rendre compte de ce qu’était “la vie d’avant”. Et ne pas l’oublier.

Petites histoires de la Belgique de nos grands-parents, André Hankar, éditions Pixl (Jourdan), 233p., 8,90€

Tags from the story
Written By

Coordinatrice éditoriale pour Culture Remains, j'use aussi de temps à autres de ma plume. Culturellement plutôt classique, je reste toujours ouverte à d'autres horizons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *