Pitcho au Palais des Beaux-Arts

Du grand Pitcho ! Après avoir trouvé, pour ceux qui venaient en voiture, un espace de parking, il fallait encore éviter les chutes sur des trottoirs verglacés. Un parcours difficile comme l’est celui qui permet d’apprécier du rap dans une salle plus habituée à accueillir des violoncelles ou des pianos.

A l’entrée dans la salle, on peut regretter de voir des sièges vides. Mais, c’est vrai, voir un concert de rap, assis, au Palais des Beaux-Arts, est sans doute déroutant pour les fans d’Onde De Choc, ancien groupe de rap de Pitcho, qui connaît son public et peut donc, commencer son concert plus tard que l’heure indiquée sur le ticket.

Tout le monde l’attend, même sa sœur assise à proximité de la scène. Tout à coup, Pitcho débarque et l’énergie qu’il déploie est puissante. Très vite, le chanteur invite le public, qui s’exécute, à s’approcher de la scène ainsi que de son voisin.

Le rappeur déclame ses textes de manière presque plus fluide que sur l’album qu’il présente, RDVAF (Rendez-vous avec le futur). Mais, l’album étant jeune, le MC doit arrêter, à deux reprises, les musiciens qui, comme l’auditoire, n’a pas remarqué l’erreur de parole ou l’oubli que Pitcho annonce avec un sourire communicatif qui nous empêche de lui en vouloir. Le public, déjà conquis, est heureux d’en avoir plus pour son argent.

Pitcho continue de déclamer ses textes, la plupart des titres de son nouvel album avec l’appui d’Aral ou Ocean pour plusieurs chansons. En écoutant les paroles de la chanson ‘Redescends sur terre’, on comprend, encore mieux, les 20 000 vues du clip sur Youtube en moins d’un mois. Les textes engagés de Pitcho sont touchants, autant que son attitude sur scène ou les excuses qu’il lâche aux personnes à qui il aurait pu faire du mal dans le passé. Un rap incomparable à l’image qui peut, parfois, être donnée dans les médias. Des textes vrais qui semblent venir directement du cœur même si, dans le fond, on sent le cœur touché.

L’acteur et rappeur rappelle son attachement à la commune de Schaerbeek qu’il a récemment quittée. Personne n’aurait quitté la salle sans profiter, après ‘District 1030’ de la chanson ‘Ma part du ghetto’ d’un précédent album du rappeur (Regarde comment). Dès les premières notes, les fauteuils sont devenus obsolètes. Pitcho remet le couvert en offrant une seconde fois, le premier couplet d’une chanson qui a visiblement marqué les esprits.

Pitcho termine dans une atmosphère électrique et offre, aux spectateurs et auditeurs, une ambiance Hip-Hop qui transforme un concert en un grand moment.

Written By

Peintre, écrivain en bâtiments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *