Place au Jazz au Marni !

Retour sur le festival qui s’est tenu du 11 au 20 Septembre 2014 au Théâtre Marni.

C’est tout en rythme et swing que le théâtre Marni inaugure la saison 2014-2015, en proposant le 11ème Marni Jazz Festival. Offrant la scène à des musiciens de tous horizons et aux multiples influences, le festival nous fait voyager sur du jazz hybride, associé à des musiques traditionnelles. En duo ou en solo, les musiciens mettent à l’honneur des instruments modernes comme l’accordéon ou des cordes diverses.

Le festival fait cette année la part belle au trombone et au tuba. Quelle drôle d’idée, me direz-vous, que de mettre à l’avant de la scène ces instruments qui l’occupent si rarement : c’est qu’en donnant carte blanche à Michel Massot pour la programmation de trois des dix soirées du festival, on ne pouvait s’attendre à moins!  Très actif sur la scène internationale avant-gardiste, ce joueur de trombone et tuba engagé et généreux, formé au Conservatoire de Liège, participe à rien de moins que onze groupes à l’heure actuelle… preuve s’il en est de sa créativité vibrionnante. Il nous propose de mieux découvrir, au travers de la présentation de sept de ces formations, le son et le lyrisme du tuba et du trombone.

C’est l’une de ces formations, le trio Massot – Florizoone – Horbaczewski qui se produisait vendredi soir dernier au Marni. Formé d’un accordéoniste (Tuur Florizoone), d’un violoncelle (Marine Horbaczewski) et d’un cuivre (Michel Massot à l’euphonium, au tuba et au trombone), le trio propose une musique singulière au style inclassable, s’influençant du jazz pour son approche de l’improvisation comme des musiques populaires et folkloriques les plus diverses. L’instrumentation proposée, vaporeuse et poétique, invite au rêve, à la flânerie, aux « Ballades éphémères », titre de leur dernier album. Tuur Florizoone, Michel Massot et Marine Horbaczewski inventent une musique très raffinée et aérienne dans ses arrangements, qui se voit parfois agréablement chamboulée par l’utilisation judicieuse des instruments comme caisses de résonance, apportant tout à coup un rythme plus soutenu, densifiant l’intrigue de la proposition musicale.

C’est dans la classe de rythme et d’improvisation de Michel Massot, également enseignant au conservatoire de Liège, que se sont croisés la plupart des artistes qui composaient la « Surprise du chef », occupant la seconde partie de la soirée. Soigneusement sélectionnés par le maître pour nous livrer un aperçu de la relève qui se prépare sur la scène musicale belge, les dix artistes (Fanny Vandenbergh à la basse, Laure Bardet au violon, Yseult Keryn au violoncelle, Lydie Thonnard et Léonore Frommlet à la flûte, Rudhy Mathey à la clarinette, Celestin Massot et Simon Leleux aux percussions, Eve Williams à l’accordéon, Aurore Leloup  à la guitare et au trombone) proposaient, appuyés par Michel Masso au tuba, un ensemble cohérent et enjoué, au style très dynamique et vif.

Tags from the story
Written By

Curieuse, spontanée, enthousiaste et exigeante, j'aime aller au théâtre et j'aime raconter ce que j'y vois, que j'ai aimé ou pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *