Prosperity

Un de mes derniers coups de cœur ludiques, et c’est signé Ystari, pas si étonnant que ça!

Ystari sélectionne en effet les jeux avec soin, et je tiens à faire remarquer que mon coup de coeur ludique précédent, Suburbia, provient également de leurs cartons. Il s’agit également d’un jeu de ville, mais différent.

Là où Suburbia était un jeu de construction de ville, où le placement de chaque tuile était important (effet d’une usine sur les quartiers résidentiels environnants par exemple), et chacune des tuiles était nommée et évoquant quelque chose pour chacun (fast-food, caravanes, aéroport national,…), Prosperity rend le développement de cette ville plus abstrait.

En effet, les tuiles sont toutes d’un type particulier, à placer à des endroits prévus, et ne sont pas nommées, à peine illustrées. Mais on aurait pu allègrement se passer de leurs illustrations. Chacune de ces tuiles bouleverse l’équilibre des jauges d’économie et d’écologie, soit en positif, soit en négatif. L’objectif sera bien évidemment de garder un équilibre positif. D’autres symboles peuvent également se trouver dessus, comme la recherche, ou le capital, amenant des avantages durant la partie. Au cours des décennies, de 1970 à 2030, chaque joueur piochera la première tuile, révélant un décompte (écologique, économique, financier, recherche et prospérité, les points de victoire). Tous les joueurs progresseront alors (ou régresseront) selon leur équilibre et leur nombre de symboles.

Si cette description semble un peu indigeste, en jeu, il n’en est rien. Le jeu est absolument fluide, mais peut promettre une certaine complexité, vu les choix de tuiles proposés. A noter que les décomptes peuvent être prévisibles : un de chaque par décennie. Retenir les décomptes déjà écoulés permet ainsi de mieux deviner ceux qui arrivent.

Au final, si le thème est un peu abstrait, la mécanique est absolument géniale. Le jeu tourne extraordinairement bien, les tours s’articulent sans temps mort. Avant même la fin de la partie, j’avais envie d’en refaire une deuxième, c’est un signe!

Donc, d’après moi, un excellent jeu de développement de ville, simple à comprendre et à prendre en main, mais avec pas mal de stratégies et de possibilités différentes (vais-je faire un peu de tout ou axer sur le financier, ou la recherche?). Surtout, malgré un aspect graphique qui peut en rebuter certains (couleurs ternes), Prosperity est un jeu qui, à mon sens, peut amener des joueurs moins expérimentés vers les jeux de développement plus complexes.

Plus d’informations sur le site d’Ystari.

Written By

Geek multi-classé, de la lecture au jeu de société, en passant par le ciné et le jeu de rôle. Je tiens ma chronique axée jeu de société et autres loisirs ici : http://vharnaud.tumblr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *