Quantum

J’ai eu l’occasion de tester dernièrement Quantum, un jeu de stratégie spatiale avec des dés. Une bonne surprise, malgré un a priori négatif! Je vous raconte tout ça!

Je parlais précédemment d’un a priori négatif, qui en fait venait lui-même après un a priori positif. Pour ceux qui suivent toujours, je m’explique.

J’ai pu voir quelques artworks, dont la couverture, que je trouvais, comme assez souvent chez Funforge, magnifique. Je salivais d’avance. Puis, j’ai pu voir le contenu de la boîte de jeu, avec des dés et des cubes un peu flashy. Disons que mes attentes ont été un peu refroidies.

Ceci dit, j’ai dépassé ce préjugé pour me lancer il y a quelques temps dans une partie, avec trois comparses. D’emblée, on oublie assez vite le matériel pour se concentrer sur la partie, les différentes stratégies et opportunités à saisir. Ces dernières sont assez importantes à repérer, et leurs probabilités de réussite doivent impérativement être bien évaluées, sous peine de peiner à avancer.

Je dis probabilités, car oui, il y a du hasard, pour les combats. Qui se résolvent, jeu de conquête spatiale oblige, aux dés! Pour les allergiques du hasard, ça part mal, mais sachez au moins qu’il existe des possibilités de contrôler celui-ci au moins un peu. Notamment par des cartes pouvoirs, dont certaines ci-dessous vous donneront une petite idée des possibilités de renouvellement des parties.

Donc, concrètement, comment ça se joue?

Pour changer, ce n’est pas très compliqué! A son tour, chaque joueur a 3 actions à réaliser. Il peut soit activer un vaisseau (le déplacer, et éventuellement attaquer s’il rencontre un vaisseau adverse en cours de route) mais seulement une fois par tour pour chacun de ses vaisseaux, soit construire (au prix de deux actions une base sur une planète, appelée base Quantum), soit augmenter son total de science de un, ou reconfigurer un de ses vaisseaux (lancer le dé et changer le résultat).

Histoire de compliquer tout ça, chaque vaisseau est représenté par un dé à six faces, chacune des faces étant un vaisseau différent, avec un pouvoir, une valeur de combat et un déplacement. Par exemple, un vaisseau sur la face 6 aura 6 cases de déplacement, une valeur de combat de 6, et un pouvoir particulier, résumé ici en-dessous.

Pour combattre, on additionne la valeur de combat du vaisseau, avec un lancer de dé (à 6 faces), celui qui a le score le plus bas gagne. Dès lors, chacun des dés est un compromis entre puissance d’attaque et déplacement.

Le but de la partie est de construire tous ses cubes Quantum sur le plateau, sachant qu’on ne peut en construire qu’un par planète (il va donc falloir se déplacer et péter la tronche aux adversaires au passage). Pour construire un cube Quantum, il faut posséder en orbite autour de la planète un ou plusieurs vaisseaux, dont le total des faces de dés totalisent le score de la planète. Exemple : si vous êtes en orbite autour d’une planète “9”, il vous faudra un vaisseau “5” et un “4”, ou un “3”, un “4” et un “2”.

Le niveau de science permet l’achat de cartes pouvoirs, à raison d’une dès qu’on atteint le niveau 6 (qui revient ensuite à un). Une sorte de petit investissement quand on a une action à dépenser ailleurs.

Une autre échelle est assez importante : il s’agit de l’échelle d’infamie. A chaque fois qu’on détruit un vaisseau adverse, on augmente son niveau de un. A 6, on a le droit de construire immédiatement et gratuitement un cube Quantum sur la planète de son choix. De quoi rendre agressifs vos voisins.

Alors, mon impression personnelle était vraiment bonne à mesure que la partie avançait. Des situations très tendues, un peu de diplomatie avec les autres joueurs (genre : mais vas-y, si tu le bloques pas immédiatement, il va gagner!), des possibilités très variées de stratégies (augmenter rapidement la taille de sa flotte, ou la garder plus mobile, acquérir des pouvoirs offensifs ou défensifs, jouer le combat le plus possible,…).

De nombreuses possibilités de parties, augmentées d’un recueil de “scénarios” à jouer (à chaque fois, un setting de planètes différent), de pouvoirs variés à tester. Bref, un bon jeu tirant sur l’abstrait, mais au thème bien inspirant, un joli matériel, et un gros renouvellement de parties. A noter tout de même que le résultat des combats est assez variable, étant donné le jet de dé. Donc, ça ne plaira sans doute pas trop aux psychorigides du contrôle!

Moi, j’ai bien aimé en tout cas!

Written By

Geek multi-classé, de la lecture au jeu de société, en passant par le ciné et le jeu de rôle. Je tiens ma chronique axée jeu de société et autres loisirs ici : http://vharnaud.tumblr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *