Que lit Lili sous ces lilas-là ?

Lili lit l’Iliade ! Bravo ! Vous aussi vous le saviez ? Allez, vous avez droit à un… hum… à continuer votre lecture*. Donc, Lili lit l’Iliade mais la vraie question est : la lisait-elle en grec ? Quand on aborde la littérature, à l’heure actuelle, les frontières linguistiques n’existent plus. Tout est traduit en 3456432 langues et vous ne savez même plus de quelle nationalité est votre auteur fétiche. Non pas que cela ait réellement de l’importance mais quand même… C’est parfois utile de connaître la langue originale d’un roman, non ? Et puis, on a beau dire, même à l’heure de la globalisation, lire les livres de votre propre pays, ça vous assure deux certitudes.

La première c’est que vous ne risquez pas de fourrer un poing (carrément, oui) dans l’œil au niveau de la compréhension de l’ouvrage (et ça fait mal, il paraît) tout ça parce que le traducteur avait une méchante gueule de bois, le jour où il a traduit le passage qui a tout bonnement révolutionné votre vie (oui, oui, le traducteur n’est pas un robot). La seconde est que, si vous avez un minimum de quotient culturel, vous pourrez comprendre les références et « private jokes » (ou une partie du moins) de l’auteur. Et ça, il faut le dire, c’est un avantage non négligeable !

Si vous avez un tantinet suivi mes articles précédents, vous n’êtes pas sans savoir que je suis une « belch’ » pure souche dont le lieu de résidence est notre belle Bruxelles (amis français, soyez gentils, prononcez Brussel, s’il vous plait) et comme chacun le sait, de tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves…

Taratata ! Pas de « Mais » ! Ce n’est pas moi qui l’ai dit, c’est Jules ! Si, si, je vous assure ! Vous devriez le savoir pourtant… Vous n’avez jamais lu Astérix et Obélix ou quoi ? Alea jacta est, Ave Caesar, te morituri te salutant, tout ça…

Soit. Peu importe ! Vous, là, qui vous cachez (si, si, je vous vois), dites-moi, que connaissez-vous de la littérature belge à part Amélie Nothomb qu’on a tendance à naturaliser française ? Pas grand’chose ? Qu’attendez-vous pour lire mes articles littéraires concernant des auteurs belges en attendant les suivants?

… Comment ça « mais » ? Pas de mais, ai-je dit ! Les Belges sont les plus braves, oui, mais aussi les plus têtus !

* C’est la crise pour tout le monde mes bonnes gens!

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *