Rango

 
« Alors qu’il mène sa vie sans histoire de caméléon de compagnie à travers sa passion théâtrale, Rango échoue par hasard dans la petite ville de Poussière, dans l’Ouest sauvage. Dernier espoir des habitants, Rango, aussi débrouillard que courageux, s’improvise shérif et n’a d’autre choix que d’assumer ses nouvelles fonctions… « 
 
Il semblerait que Rango ait accueilli une critique des plus favorables. Bien, dans ce cas, nous ne pouvons que rejoindre les professionnels sur ce point et affirmer qu’il la mérite amplement.
Oui, outre la qualité d’images, la cohérence scénaristique et le choix des acteurs prêtant leur voix aux personnages (ce qui semble le B.A.- BA de tout bon film, ce n’est pas pour autant qu’ils sont nombreux à les développer, hélas !), nous retrouvons avec allégresse des échanges hilarants, des personnages décalés, de l’humour  à toutes les sauces et surtout moult références culturelles.
Somme toute, rien de très original dans le monde du film d’animation. Toutefois, nous relèverons une certaine finesse dans l’exécution de Rango et ce, même dans la grossièreté de certains clins d’oeil ou dans l’absurdité du scénario. Un petit plus qui fait de ce film un énième produit cinématographique à voir et revoir, dès que le temps nous le permet, lors des jours de grèves de la STIB, de neige intense ou de maladie.
Parce que, ne nous leurrons pas, dans tout adulte sommeille l’enfant à l’âge mental inversement proportionnel à ses connaissances culturelles et que – chance miraculeuse! – il ne faut plus avoir des enfants pour se permettre sans complexe de regarder les dessins animés!
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *