Renaud Brebant – Rien de rue

« Les gosses poussent leurs nerfs en meule
comme autrefois les cerceaux
se défont de la peau
qui gène aux entournures
cherchent l’élévation
dans la musique d’ascenseur
ou détournent à mi-ciel
les avions en papier
Il est Midi sur le boulevard.
Hassan, Adonis semi-clochard
autant de classe que de crasse
la pointure quarante-quatre
de son bailleur au cul
slalome entre les voitures
un bouquet dans chaque main
crache sur le pare-brise
pour chaque refus essuyé »

Voici un poème d’un jeune bruxellois probablement pas encore suffisamment connu mais au potentiel, pourtant, plus que prometteur à mon sens !
La poésie se meurt ? La poésie appartient aux siècles passés ? Renaud nous prouve ici le contraire. Un thème actuel, cru, sans tabou mais surtout une originalité et une maîtrise de langue de plus en plus rares de nos jours.
Le poète, affranchi des strictes règles de son genre est paradoxalement devenu muet. Mais lui, non. Loin des carcans, loin des obsolètes convenances, il écrit, décrit mais surtout ventile ! Face à la kyrielle de poèmes sans envergures (abscons, mièvres, futiles, simplets voire frustres) voici un vent de fraicheur cynique aux bienfaits… indescriptibles !
Et si, comme moi, vous en voulez encore, vous pouvez retrouver ses textes ici.
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *