Rencontre avec un jeune auteur : Steven Papier

Alors qu’il sort « 2048 » paru chez Edilivres, Steven Papier nous a expliqué comment il a eu l’idée d’écrire son premier roman. Voici comme ce jeune artiste exprime ses passions. Une rencontre captivante avec un être aussi humble qu’attachant.

Bonjour, tu publies ton premier livre, “2048”, qui est un roman de science-fiction. Mais qui es-tu Steven Papier ?

Je suis un jeune belge de 22 ans assez commun issu d’une famille de 6 enfants. Etant l’aîné, je me dois de montrer l’exemple et de réussir le mieux possible. Je pense que tous ces éléments sont liés. C’est donc dans une démarche d’auto-accomplissement et de reconnaissance que j’exprime mon côté artistique mais aussi et surtout grâce à cette famille qui me porte finalement en m’apporte une « main aidante » dans mes projets. En effet, je ne fais pas qu’écrire. Auparavant, j’ai fait de la radio, du théâtre, deux one-man-shows et du cinéma. Enfin, je dis « auparavant » mais je garde tout ceci d’actualité dans mon éventail artistique.

Comment en es-tu venu à cette passion, peu commune finalement, qu’est l’écriture ?

J’ai commencé à écrire vers l’âge de 12 ans. Quelques rares privilégiés ont lu mes premiers écrits (dont une professeure de français en 3ème année secondaire et mon cousin Kevin). Je n’avais aucune volonté de partager car c’était pour moi, pour voyager. Finalement, on m’a fait découvrir le réseau Wattpad sur lequel j’ai publié quelques écrits. J’ai eu, à partir de ce moment, beaucoup de retours positifs pour ces écrits et aussi pour quelques scénarios. J’ai donc décidé de tenter ma chance et de me faire publier.

C’est donc un livre de science-fiction que tu écris. Pourquoi ce choix ?

Tout d’abord, je dois avouer que ce n’est pas un style que j’affectionne tout particulièrement. Je préfère la fantasy, le merveilleux, le surnaturel ou l’aventure. Mais c’est le roman le plus avancé que j’ai écrit. Ce qui plaît beaucoup, c’est que je me base sur l’actualité pour écrire l’avenir. Je me pose la question « Et si on continuait à vivre de cette manière ? » et j’essaie d’y trouver une réponse personnelle.

« John Wishk est un jeune Belge qui décide, en 2018, d’hiberner pour se réveiller 200 ans plus tard. Suite à un problème avec sa machine, il se réveillera 30 ans plus tard, en 2048. Le monde dans lequel il atterrit dépasse largement son entendement… »

Quelles sont tes inspirations ?

Je n’ai pas réellement d’auteurs phares, je lis vraiment de tout et je ne m’inspire pas vraiment d’un écrivain particulier. Je suis, néanmoins, un grand fan de J.K. Rowling. Pour « 2048 », je m’inspire surtout de l’actualité en me demandant ce qu’il va arriver à John Wishk dans quelques années et la suite vient de mon esprit. Mon imagination me fait découvrir le monde qu’il a créé, le héros, son histoire, etc.

Est-ce que ce n’est pas un peu difficile pour un jeune d’être publié ?

Sans doute, oui. Mais le principal est d’écrire et d’oser. Et surtout de persévérer, tout simplement. Je crois en chaque personne. Si on veut écrire, alors faisons-le. Peu importe si l’on est publié ou non finalement. L’écriture est un moyen d’expression, un moyen de vider son esprit.

Steven Papier, « 2048 Tome 1 » chez Edilivre.
Disponible aussi sur Amazon, à la Fnac, sur Chapitre.com ou à commander dans une librairie desservie par le réseau Dilicom.

Tags from the story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.