Rencontres de vestiaire

cc Dominique Fermine

Dans Brèves de vestiaire, un duo de danseurs se croise et se cherche autour d’une penderie qui devient tour à tour cage de fer, cachette ou navire. Premier spectacle conçu par la compagnie belge Le Huit, ce récit sensuel et poétique se joue jusqu’au 31 mars aux Riches Claires.   

Au pied d’un porte-manteau qui constitue le seul élément du décor, deux vestes glissent sur le sol dans la pénombre. Les danseurs s’en saisissent et c’est le point de départ d’un jeu avec les vêtements : robe, vestes ou pantalon. Cette première scène ouvre le bal d’une conversation décalée entre deux silhouettes dont on n’aperçoit pas toujours les visages, qui se cherchent pour mieux s’éloigner. Leurs interactions, tendres, agressives, amicales ou intenses, se déroulent toutes dans un vestiaire, théâtre de multiples échanges et rendez-vous manqués. Les mouvements se font parfois languides et immobiles, de temps en temps rapides et brusques, souvent surréalistes. L’émotion est palpable à chaque instant.

La complicité entre Caroline Le Noane et Justin Collin, tous deux chorégraphes, interprètes et fondateurs de la compagnie Le Huit, transparaît dans chaque geste. Tout en contrastes, le spectacle ne laisse pas insensible. Touchant, gracieux, drôle et juste, il est co-produit par le Centre Centre Culturel de Durbuy avec des lumières de Jean-Louis Bonmariage dans un décor changeant de Willy Cauwellier.

Ce ballet moderne, qui est la première création de la compagnie belge née en 2015, a déjà fait parler de lui puisqu’il s’est distingué en remportant le prix de la ville de Sens lors du 20ème concours des jeunes chorégraphes « Les Synodales » la même année. Il a également décroché le prix de la Province de Liège lors des Rencontres de théâtre jeune public de Huy en 2016. Brèves de vestiaire  sera à la salle Viala du théâtre des Riches Claires jusqu’au 31 mars.

Written By

30+, bruxelloise, culture freak et fan de croquettes aux crevettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *