Rentrée festive pour les Riches Claires

Journée de fête ce samedi 16 septembre aux Riches Claires

Ce 16 septembre, le centre culturel des Riches Claires, acteur phare du quartier Saint-Gery, présentait sa saison 2017-2018. Le coup d’envoi était donné par une journée de fête placée sous le signe de la découverte. Centrée sur le quotidien d’une fille de joie dans sa vitrine, la pièce Belles de nuit en entrée libre faisait partie des temps forts.

Pour fêter sa nouvelle saison, les Riches Claires ont mis les petits plats dans les grands. Au programme d’un samedi particulièrement riche : spectacles gratuits, lectures pour enfants ou encore atelier d’écriture et DJ sets. Tout le quartier, piétonnier pour l’occasion, était de la partie avec braderie, barbecue et concerts à la clé de 10h à minuit.

Derrière la vitrine

Éclectique, la prochaine saison 2017-2018 démarre en force avec une représentation de la pièce Belles de nuit écrite et mise en scène par Pedro Romero. La pièce repose sur l’énergie de deux acteurs qui font exister quatre personnages de laissés pour compte. Récompensée par le Prix de la Critique 2015 pour sa performance en tant que meilleure comédienne, Stéphanie Van Vyve incarne Rose, une prostituée grande gueule, qui rêve d’un ailleurs tout en consignant l’histoire de chacun de ses amants dans un petit cahier. Elle est lumineuse et charnelle. Elle joue aussi Muriel, sa femme de ménage, qui envisage une reconversion professionnelle et rêve au grand amour.

Plongée dans le quotidien d’une maison close, l’histoire met aussi en lumière Toni, son mac, garagiste à ses heures perdues, incarné par Pedro Romero. Il est aussi Nacho un clandestin argentin recherché par la police. Chassé-croisé de destins contrariés sur fond de bande son d’Adamo, la pièce attendrit comme elle amuse. Légère malgré son sujet et son décor, elle tire parti de deux comédiens multifacettes. Elle se donnera aux Riches Claires jusqu’au 30/09.

Dans les autres rendez-vous de la fin de l’année, les Riches Claires ont choisi de proposer Alzheipère, un récit familial fort, en octobre ; le Paradoxe du tas sur le joyeux bordel de la collocation en novembre ; ou encore Le syndrôme de Walt en décembre, une pièce qui entend bien déconstruire les contes de fées. Tout un programme !

Written By

30+, bruxelloise, culture freak et fan de croquettes aux crevettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *