Reprendre des études à 30 ans ?

Aujourd’hui, on vous parle études. Oui, oui, ces mêmes études qui nous ont arraché quelques larmes, pendant plusieurs années. Celles qu’on a entreprises pour faire plaisir. Celles qu’on a choisies par passion, par ambition. Ces études, qui nous rendent fier…ou pas. Diplômée de l’ULB en 2015, j’exerce depuis un métier qui me plait beaucoup. Professeure de français, je fais partie de ces gens qui se rendent avec plaisir au travail. Pourtant, j’ai décidé de reprendre en septembre 2018 des études. J’ai opté pour une formation d’antiquaire en deux années « obligatoires » et une année de spécialisation. Bilan après un an de cours du soir à l‘IEPSCF.

Défi personnel

On ne va pas se mentir, s’il est vrai qu’on en « apprend tous les jours », nos capacités d’apprentissage après notre cursus s’émoussent un peu. Qui peut encore affirmer sans sourciller qu’il est capable d’assimiler une nouvelle matière, un nouveau savoir et s’en servir plus tard ? C’est cette envie d’apprendre qui m’a fait pousser les portes de cette école de promotion sociale. J’avais envie d’étudier, d’engranger des connaissances, de les mettre en lien avec ce que je savais déjà. J’ai eu besoin de me prouver que je pouvais le faire, que j’étais capable d’étudier, de me repositionner par rapport à ma fonction de professeure.

Encore du savoir !

Si j’ai décidé de choisir cette formation, ce n’est pas pour devenir antiquaire. Le métier est difficile, instable, incertain et la concurrence y est rude. C’est surtout l’envie d’en savoir davantage sur l’art qui m’entoure au quotidien qui m’a motivée. Parce que oui, contrairement à la croyance populaire, l’art n’est pas que dans la peinture ou la sculpture. L’art est dans notre quotidien : nos meubles, nos luminaires, nos habitudes en matière de décoration et les modes sont le fruit d’artisans. Ceux-ci étaient évidemment guidés par l’aspect utilitaire d’un produit mais également par un souci esthétique. J’ai voulu au travers de ce cursus, former mon œil, lui apprendre à observer ce que d’habitude on n’observe guère. Vous seriez étonné de ce qu’une chaise ou une table dit de notre histoire !

Rencontrer

Ensuite, s’asseoir à un banc deux soirs par semaine permet aussi de rencontrer d’autres personnes et d’élargir son horizon. Une fois dans le monde du travail, la routine s’installe. On a ses amis, ses collègues, sa famille mais comment rencontre-t-on d’autres personnes ? La tâche est plus ardue. Pourtant, discuter avec d’autres, partager ses connaissances, ses expériences permet de nous faire évoluer et grandir. C’est exactement ce qui arrive à celui reprend des études. Assis(e) parmi 14 autres personnes, si la timidité l’emporte les premières semaines, elle disparaît au fil des cours pour laisser la place à une autre ambiance. On discute, on se soutient, on interroge.

Enseigner et apprendre : une posture enrichissante

Par ailleurs, cette année m’a permis de me mettre dans la même posture que mes élèves. Être assise sur une chaise, devoir être attentif(ve), mettre de côté sa fatigue, prendre notes, poser des questions, stresser à cause d’une évaluation. Voilà autant d’aspects de la vie des élèves que j’avais oubliés. Deux soirs semaine, c’était à mon tour d’être une élève. Je pense avoir pris conscience de nombreux éléments que j’avais occultés de cette période. J’ai donc pu, je le pense, améliorer ma pratique en tant que professeure. Désormais, je comprends davantage certaines attitudes de mes élèves (non, quand ils dorment sur leur banc, ce n’est pas uniquement parce qu’ils n’ont cure de ma matière).

Un autre rythme

Si vous aussi êtes également tentés par l’expérience, sachez qu’il faut se préparer à cette aventure. Deux soirs semaine, vous ne pourrez pas profiter pleinement de votre soirée. Le plus dur sera en hiver. C’est pourquoi, je vous conseille d’opter une formation qui se donne près de chez vous. Cela évitera des trajets longs et des temps d’attente dans le froid. Il existe de nombreuses écoles de promotion sociale à Bruxelles, vous avez le choix !

Tags from the story
Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.