REStore – Des créations belges, uniques et écologiques !

RESTORE

Depuis quelques années, l’engouement pour la mode vintage et les vêtements de seconde main ou composés de matériaux recyclés n’a cessé de grandir. L’année dernière, le géant du prêt à porter H&M en a même fait une campagne. Baptisée REWEAR IT, la campagne faisait la promotion du recyclage des vêtements afin d’en créer de nouveaux. Clip sympa, nom accrocheur, le recyclage c’est tendance.

Alors bien sûr, on peut soupçonner du bon « greenwashing » de la part du géant du textile plus connu pour l’exploitation de ses ouvriers que son respect envers l’environnement mais il n’empêche, le recyclage a désormais sa place bien ancrée dans la mode. Et cela ne s’arrête bien sûr pas aux vêtements ! REStore, une boutique de créateurs liégeois a fait le pari de créer des bijoux et des accessoires de décoration faits à partir de matériaux recyclés.
Dans leur collection ? Des bijoux graphiques et délicats mais également des luminaires et du mobilier aux formes originales et uniques. Des créations 100% belges, uniques et belles comme tout ! Que demande le peuple ?

Généalogie du projet

REStore, c’est la rencontre entre un designer, Benjamin Pailhe et Jessica Berger, une éducatrice qui rêve de développer un projet ayant du sens. C’est avant tout une rencontre amoureuse en 2008 qui se concrétise en projet professionnel en 2012 avec l’ouverture de leur première boutique REStore à Liège.
Nous avons interviewé Jessica Berger, fondatrice de REStore qui nous a parlé de ses créations.

Vos créations sont faites à partir des méthodes « Upcycling » et du « Slow Design ». Que veulent dire ces concepts ?

Actuellement REstore colle plus au domaine du slow design que de l’upcycling.

L’upcycling est une façon de valoriser un déchet, de le recycler « vers le haut » et donc de le garder, de le montrer dans le produit final. Le terme désigne donc une technique de production particulière qui se retrouve dans certains de nos modèles où le déchet est apparent. Parfois sa présence est subtile car nous combinons cette technique avec l’usage de machines de découpes à commande numérique, ce qui peut donner au déchet et à la création qu’il compose une finition très esthétique. Ce n’est pas parce que c’est du recyclage que ça doit être laid, loin de là…

Le slow design, c’est plus un état d’esprit général. Une manière d’être et de faire qui respecte certaines valeurs telles que l’écologie, l’artisanat, etc. C’est proche du slow living, du slow food, etc. En somme, on prend le temps de faire les choses bien. On se situe bien sûr aux antipodes de la grande distribution où tout est fait rapidement, à moindre prix et sans originalité…

Actuellement, nous travaillons avec les déchets mais avec notre nouvelle gamme de mobilier et luminaires, nous allons également utiliser du bois européen, issu de forêts durables. La démarche écologique reste notre ligne de conduite.

D’où vous est venue l’idée d’utiliser ces deux processus ?

Benjamin a toujours utilisé les matériaux recyclés et les déchets dans son travail de scénographe. À la base, c’était surtout pour une question économique plus qu’esthétique. À part ça, nous avons tous les deux un grand intérêt pour la question écologique, le respect des choses et des êtres. Le recyclage nous a paru un choix évident. Nos valeurs du quotidien ont tout simplement guidé nos choix professionnels et notre manière de créer.

Vous parlez de  « Digital Handmade » quand vos évoquez vos créations. N’est-ce pas contradictoire ?

Au contraire, c’est très complémentaire ! Nous utilisons les nouvelles technologies tels que les outils numériques pour la première partie de notre travail, c’est-à-dire le dessin puis la découpe de l’objet. Pour la seconde partie, la finition, nous privilégions l’artisanat en peaufinant tout à la main.
Le ponçage, le vernissage et l’assemblage des bijoux se font de manière manuelle. En combinant les deux techniques, nous parvenons à faire des objets de qualité, originaux et uniques. Cela nous permet également de faire de l’artisanat rentable, ce qui est essentiel si on veut en vivre n’est-ce pas ?

 RESTORE

REStore combine donc des techniques modernes et anciennes !

Oui et toutes les étapes de notre travail – numérique ou artisanal – sont intéressantes et enrichissantes. On apprend tous les jours et on essaie de varier les nouvelles technologies aux anciennes. Ce qui nous plaît le plus, c’est de les combiner pour créer quelque chose d’unique.

Quels sont vos matériaux de prédilection ?

Un peu de tout ! On utilise du bois, du carton, des assiettes en porcelaine, du plexiglass, du miroir, du verre, du vinyl, du forex (un plastique rigide), des galets, etc. Cela va de l’organique au synthétique. Plus c’est original et inédit, mieux c’est !

À part vos bijoux, quelles créations proposez-vous ?

Nous avons des luminaires, des accessoires de décoration (horloges, décorations murales, porte-manteaux, etc.). Cette année, nous allons également agrandir notre collection en lançant notre gamme de mobilier !

Où peut-on trouver vos créations ?

Tous nos objets sont fabriqués dans notre atelier et finalisés dans nos deux boutiques liégeoises. Notre magasin principal se trouve à Liège mais vous pouvez aussi retrouver nos créations à Bruxelles dans les magasins Belge une fois, chez Illico à Mont-sur-Marchienne et chez Madame Ravik à Namur. J’en profite d’ailleurs pour te dire que nous allons bientôt ouvrir une nouvelle boutique à Bruxelles ! Nous avons également un e-shop pour le reste du monde.

Quoi de neuf pour 2017 ?

De nouvelles créations et expérimentations, on est toujours en train de créer ! Une belle gamme de mobilier s’annonce, affaire à suivre donc…

Merci beaucoup à Jessica ! Retrouvez toutes leurs actualités sur leur page Facebook, Instagram et leur site web.

Enfin, restez attentifs car un concours arrive bientôt et il se peut que vous puissiez gagner certains produits…

Tags from the story
, ,
Written By

Laura, 28 ans, 1m55. Titulaire d'un diplôme loufoque : Sciences des religions et de la laïcité. Ecrit des articles non moins loufoques pour Culture Remains. Nourrit une passion pour M.I.A, le Théâtre de Poche, son chat, Edgar Allan Poe et les plantes carnivores. A toutes fins utiles, sachez qu'elle est très facilement corruptible si on lui offre à boire et à manger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *