Rien à déclarer

L’histoire du passage à l’Euro(pe) dans une Union qui s’encroute, le sujet ne pouvait pas être mieux choisi dans le contexte politico-mondial actuel! Rien à déclarer nous offre un rapide retour en arrière à travers le nationalisme – parfois exacerbé – de l’époque mais aussi les efforts mis en place ainsi que les changements subis par la population nous permettant de nous repositionner et de nous questionner sur l’Europe, ses objectifs et les moyens mis en oeuvre.
Cinématographiquement parlant, nous craignions une certaine redondance et un relâchement inspirés par le succès des Ch’tis mais nous fûmes agréablement surpris. Si le film joue sur le même terrain, s’appuyant aussi sur les différences culturelles et linguistiques, un certain investissement est de mise lui donnant même une tonalité plus profonde. Un film francophone sans prétention donc alliant l’humour bon enfant à la française à un zeste de psychologie et d’amour le tout emballé dans éloge à la tolérance et l’acceptation des différences. Et puis, Dany Boon en autre chose qu’abruti profond, c’est plutôt reposant!
Notons aussi ce vent de fraicheur et d’espoir sans fondement (qui voit naître un sourire sur toutes les lèvres belges)  induit par ce compatriote fier et passionné qu’est ce brave Ruben.
Ben oui, ça n’arrive pas (plus?) tous les jours, encore moins au jour d’aujourd’hui…
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *