Rock Werchter vs Couleur Café

Ce week-end avaient lieu deux événements de taille que nous vous avions annoncés dans notre article sur les festivals belges : Rock Werchter et Couleur Café ! Et comme Culture et Compagnie n’arrivait pas à trancher, une rapide solution s’est imposée à nous : aller aux deux ! Voici donc un rapide retour sur nos expériences…


Premièrement, au cas où vous ne vous en souvenez plus, voilà un rapide topo de la situation :

Rock Werchter : du 28/06 au 01/07 près de Leuven, 79 € la journée ou 195 € le combi et des groupes comme The Cure, Garbage, Metric, Red Hot Chili Peppers, Deus, Blink-182, Incubus, Justice, Lana Del Rey, The Kooks, etc.

Couleur Café : du 29/06 au 01/07, à Bruxelles, 36€ la journée ou 81 € le combi et des groupes tels que Caravan Palace, Ben l’oncle Soul, Joshua, The Peas Project…

Que dire de Werchter ?
Tout d’abord que c’est une véritable expédition. En effet, le site est vraiment difficile d’accès en voiture et ce, malgré les indications. A chaque virage, lorsqu’on croit être arrivés au parking le plus proche, on se rend compte qu’on est encore loin d’avoir terminé notre périple. Tout ça pour finir par marcher encore une quinzaine de minutes pour trouver l’entrée du site. Heureusement que le train et les navettes De Lijn sont comprises dans le prix !

Ensuite, que c’est tout simplement bondé. Où que vos yeux se posent, il y a des gens à perte de vue. Immense jungle humaine, Werchter doit probablement être le cauchemar de tous les agoraphobes. Pour les autres, c’est un cas d’étude sociale tout simplement fascinant et parfois le moyen de faire de nouvelles rencontres enrichissantes!

Un cauchemar pour les agoraphobes mais aussi pour les « ordurophobes » ou les « fastfoodophobes », car dès le premier jour le sol est jonché de tous les déchets véhiculés par les festivaliers qui ont généralement été s’alimenter à un des nombreux stands vendant frites, durum, pâtes, pitta, hamburger, etc. Repas qui sont non seulement très diététiques mais aussi loin d’être bon marché ! Si vous êtes un tantinet organisé, le mieux est d’apporter ses propres aliments (les boissons étant interdites et confisquées à l’entrée).

Puis Werchter c’est aussi 3 scènes entre lesquelles il faut jongler si on veut voir tous les groupes qu’on aime et donc généralement de nombreux b… pas toujours judicieux. En effet, les prestations sont parfois inégales, tant au niveau de la durée que de la qualité, mais toujours impressionnent.

Mais Werchter, ce sont aussi des groupes cultes à des prix relativement raisonnables (le mieux étant d’acheter un combi, bien sûr), des souvenirs incroyables, UN stand de « bonne bouffe » (quand même !) et des pastèques (pas toujours au top mais des fruits, oui !), un événement réunissant, culturellement parlant, francophones et néerlandophones (ce qui n’est que trop rare) et toute sorte d’autres nationalités et donc, malgré tout, une expérience à tenter au moins une fois dans sa vie !

Du côté de Tour et Taxis, Couleur Café c’était…

Un festival comme on les aime : 4 scènes assez espacées pour offrir chacune son ambiance (mais pas trop loin pour les pieds), des comptoirs boissons auxquels il ne faut que rarement attendre, des expositions et autres animations favorisants la découverte culturelle, un « Palais du bien manger » qui regroupe tous les stands de nourriture (découvertes culinaires garanties grâce aux nombreux pays représentés), un site propre qui permet aux « ordurophobes » de flâner sans désagréments et une foule, qui malgré un « sold out » samedi, n’a rien d’oppressante !

Pour ce qui est de l’accès ? No stress, avec le combi trois jours, les transports de la STIB sont gratuits. En outre, entre 1h et 3h du mat’, dix navettes quadrillent tout Bruxelles pour ramener les festivaliers chez eux gratuitement. Et si par hasard, les arrêts prévus par la navette n’étaient pas parfaitement adéquats pour vous, aucun soucis, avec beaucoup de gentillesse le chauffeur accepte de vous déposer où cela vous arrange, pour peu que cela soit sur sa route.

Le paradis des festivals me direz-vous ? Et bien oui ! Entre groupes plus commerciaux, reggae, jazz, jeunes talents belges et autres, Couleur Café offre aux festivaliers une ambiance chaleureuse et décontractée que l’on apprécie tout particulièrement à l’approche des vacances. Bien entendu, comme pour les autres festivals, la programmation impose des choix. Toutefois, est-ce par mes goûts musicaux ou grâce à l’organisation des concerts, je n’ai pas été contrainte aux compromis déchirants.

Enfin, ce qui marque le plus à Couleur Café c’est la diversité du public. Si comme certains aiment le dire, Couleur Café c’est le festival des hippies, sachez que sur le site se côtoient de nombreux styles et cultures différents, des plus jeunes comme des plus âgés, des francophones comme des néerlandophones et dimanche des espagnols, comme des italiens.

Vous l’aurez compris, une expérience à faire et à refaire sans modération !

Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *