Ronquières Festival, éclectique et familial

Avant le mois dernier, je n’avais encore jamais entendu parler du Ronquières Festival; sa première édition, l’année dernière, m’était restée totalement inconnue. C’est l’une de mes connaissances facebook qui m’a fait prendre conscience, sur le tard, de l’existence de ce festival de petite envergure, mais tout à fait charmant.

Disposé sous et autour du plan incliné de Ronquières, le Ronquières Festival propose deux scènes (intelligemment appelées Babord et Tribord), l’une pouvant accueillir un peu plus de monde que l’autre.

L’une des premières choses qui m’a frappée fut que pour sa seconde édition, ce festival était déjà fort sponsorisé et très bien organisé. Dès l’entrée du site, on recevait des plans ainsi que les programmes complets. Les différents stands étaient très bien indiqués et l’affiche du festival était également reprise sur les armatures du pont. Impossible de s’y perdre donc. Il suffirait que je rajoute que de l’eau potable était offerte gratuitement pour conquérir les éventuels réfractaires.
Ceux-ci me répondraient peut-être que le plus important dans un festoch, ce sont d’une part l’affiche et d’autre part l’ambiance. Eh bien, ce samedi 03 août, tous les éléments étaient réunis pour que tout le monde(jeunes et moins jeunes)passe un bon moment. Même le soleil était de la partie!

Ce qui fait du Ronquières Festival un festival familial est d’une part son organisation, mais également son affiche, pour tous les goûts et tous les âges. Entre les Français de BB Brunes offrant avec bonne humeur leur rock mainstream aux plus jeunes et Arno et ses musiciens éclairant avec brio le début de soirée des plus nostalgiques se sont aussi exprimés les flamands de SX (de la pop new-wave portée par une meneuse à la voix oscillant entre celle de Kate Bush et celle de Karin Dreijer Andersson, superbe découverte pour ce début de journée!), les Nivellois de Hey Yeah (vus comme la prochaine révélation belge par le présentateur du festival), la célèbre An Pierlé (dont le set piano-voix fait étrangement penser aux compositions de Tori Amos, le pantalon à la Patrick Juvet en plus), les Français de La Femme (décharge énergétique fulgurante après l’ambiance intimiste de Pierlé), le grand Stephan Eicher (venu présenter son nouvel album, il a également fait profiter ses fans de ses célèbres chansons, remaniées par lui et ses talentueux musiciens!), les quatre Vismets ou encore les Soldout, moins énergiques qu’à leur habitude. La fin de soirée, quant à elle, était bercée par les mélodies lancinantes des anglais d’Archive qui ont offert une prestation énergique sublimée par des lights flamboyants.

Bien que je ne sois restée qu’un jour au Ronquières Festival, il est certain que je garderai un œil sur leur programmation de l’année prochaine. La seconde journée, ponctuée tout comme la première autant par des grands noms (Mika, Saule, Eiffel) que par des groupes émergents (Billions of Comrades, Pale Grey), semblait également très prometteuse.

Written By

Musicien, photographe, écrivain, le tout en amateur mais avec passion. Au point que j'ai quitté un emploi stable pour me reconvertir dans le journalisme. Je suis retournée à l'école à 30 ans passés et depuis je me réjouis de ce choix qui me porte vers ce que je suis! Une personne curieuse de tout, passionnée de musique, de voyages terrestres ou spirituels, de rencontres avec l'autre...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *