La Salle Dolby, l’avenir du cinéma ?

Après les salles Imax et ses dimensions hors-normes, la 4DX et ses effets multisensoriels ou la récente salle Mômes totalement dédiée aux enfants, les salles Gaumont – Pathé n’ont de cesse de réinventer la salle de cinéma avec l’ouverture, le 13 décembre dernier, d’une Salle Dolby au Pathé Docks 76 à Rouen.

On l’a testée pour la sortie du nouveau Star Wars (la séance était complète!) et malgré un concept marketing « premium » qui nous laissait dubitatifs, autant dire que les promesses « d’une expérience cinéma unique, des images spectaculaires, un son qui voyage et un design recherché » ont été tenues!

La Salle Dolby c’est du haut de gamme, la Rolls du cinéma et c’est assurément la salle du futur (de quoi donner un sérieux coup de vieux à vos traditionnelles séances de cinéma) et en plus c’est accessible à tous pour seulement 4€ de plus (avec une boisson et en plus pour l’événement l’affiche du film offerte)!

Cette expérience est rendue possible grâce à la combinaison de deux nouvelles technologies – le Dolby Atmos pour le son et la Dolby Vision pour l’image – développées pour proposer une expérience inédite et réellement immersive.

L’immersion débute avant l’accès en salle en empruntant un couloir circulaire d’une dizaine de mètres cerné de noir et de bleu accueillant les spectateurs dans l’ambiance sonore et visuelle du film ( ce jour-là, c’était un affichage dynamique des différents héros du nouveau Star Wars ).

La salle, plus intimiste qu’une salle classique (227 sièges au lieu de 500 auparavant), se démarque par l’extrême confort de ses « Recliner Premium »  (de larges fauteuils en cuir avec tablette totalement inclinables espacés de 2 mètres et gradinés entre chaque rangée) et ses options, qui vous invitent  à choisir de vivre l’expérience assis ou allongé comme dans son salon.
Adieu les coups de pieds dans le siège ou la tête du voisin, ici vous êtes comme chez vous!

Très épuré, le design de la salle cernée de noir répond à un cahier des charges très cadré, jouant la carte du sobre et de l’innovation: les 90 enceintes sont totalement masquées et seuls deux halos de lumière bleue accentuent son aspect futuriste.

Au-delà du tout confort et du design, la salle Dolby se démarque principalement par la technique déployée, à commencer par un son tridimensionnel et enveloppant (sur les côtés, derrière ou au dessus de nos têtes, le son est partout !) qui nous transporte au cœur de l’action avec un réalisme incroyable (totalement bluffant sur la scène du duel à distance entre Kilo Ren et Rey qui offre ainsi un effet de spatialisation 3D des voix).

Depuis ses débuts, la célèbre Saga a toujours engendré des avancées technologiques majeures: en 1977, c’était le premier film avec une piste audio codée en Dolby Surround puis en 1983, Le Retour du Jedi est le premier film certifié THX. En 1999, la prélogie a initié la révolution numérique avec La Menace Fantôme (l’un des premiers films à utiliser un système de projection numérique). En 2015, Le Réveil de la Force est proposé en Dolby Atmos.

En 2017, le nouveau Star Wars marque sans aucun doute l’avènement de la Dolby Vision avec ses images aux couleurs infiniment plus contrastées et sa luminosité deux fois supérieure grâce à son double projecteur laser 4K ( d’autant plus que la séance était ce jour-là en 3D ce qui, en général, assombrit et ternit l’image).

Bref, après cette séance en Dolby, vous allez tout simplement vous apercevoir que vous n’avez jamais vu de noir au cinéma ( vous l’ignorez mais vous n’en avez encore jamais vu !), tant l’univers sombre et obscur du film est accentué par le contraste des noirs abyssaux qu’offre la Dolby!

Pour vous en rendre compte, rendez-vous au Pathé Docks 76, au Pathé Massy (91) ou au Pathé Vaise (près de Lyon) ou patientez encore un peu (6 autres salles ouvriront d’ici fin 2018)!

Tags from the story
Written By

Atteinte de cinéphilie aiguë, Lorraine Lambinet, fille de projectionniste, a passé son enfance dans les salles obscures. Titulaire d'une Maîtrise Arts du Spectacle et Écrits Cinématographiques, elle a touché à tous les domaines du 7ème Art aussi bien à la programmation (Festival Quais du Polar, Courts du Polar), l'exploitation (Projectionniste), la réalisation (Assistante réalisatrice) ou la production (Assistante de production long-métrage ). Aujourd'hui, elle est Directrice d'un cinéma en région parisienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.