Avec SILS MARIA, Olivier Assayas prend de la hauteur et confirme 3 actrices au sommet !

C’est à Sils-Maria, petit village des Alpes, à 1800 mètres d’altitude que Olivier Assayas signe son grand retour au cinéma !

Grand oublié du palmarès au dernier Festival de Cannes, Sils Maria est pourtant le plus beau film du cinéaste qui, en état de grâce, offre une magnifique déclaration d’amour aux actrices et un rôle sur mesure pour Juliette Binoche qui est Maria Anders.

Grande actrice reconnue à l’internationale, Maria Anders, révélée à 18 ans dans une pièce où elle jouait la jeune et charmante Sigrid face à Helena, une femme mûre et suicidaire, se voit proposer, 20 ans plus tard, de rejouer la même pièce, mais cette fois de l’autre côté du miroir, dans le rôle de Helena.

Sils Maria, c’est une étape dans la vie, celle d’une femme qui a pour ainsi dire tout sacrifié à sa carrière et qui jalouse la nouvelle génération qui lui prend son rôle.

Le film le plus passionnant de cette année, réalisé par un des cinéastes les plus intéressants du cinéma français et incarné par une de ses plus grandes figures est un thriller psychologique, superbement et intelligemment écrit.

Sils Maria joue sans cesse avec les gouffres du temps qui passe pour nous embarquer dans les alpages et ses hauteurs, ses sommets sous les nuages et ses phénomènes naturels pour mieux en révéler l’invisible, le passé et le futur…

Le plus célèbre et emblématique des ces phénomènes est le serpent de Majola, véritable phénomène météorologique composé de bancs de nuages sur plusieurs kilomètres dont la forme, sorte de boa constricteur, annonciateur du mauvais temps, sert le propos du réalisateur. Présence symbolique, d’autant plus que le titre du film à l’étranger, Clouds of Sils Maria est plus évocateur. Somptueusement cadré par Assayas, le phénomène fait figure de nébuleuse mentale…

Sils Maria est un grand huit intense et métaphysique dont l’histoire, escarpée et pleine de rebondissements, est servie par un formidable trio d’actrices dont la seule présence suffit à multiplier les jeux de miroirs et connexions qui s’entrecroisent entre le réel et le film, la réalité et la fiction.

Si au départ ce casting 100% féminin intrigue un peu, avec ces trois générations d’actrices aux antipodes, il a finalement de la gueule et se révèle en totale adéquation avec le propos du film. Aux côtés de Juliette Binoche (grande actrice palmée et reconnue à l’international avec son Oscar), Assayas a réuni Chloe Moretz (jeune actrice hollywoodienne révélée par le film de super héros Kick-Ass) et Kristen Stewart (star de Twilight), incarnant l’assistante de Maria Anders qui va bousculer ses certitudes et a priori. Cette triangulation parfaite produit une partition de précision qu’Assayas parvient à capter à travers la complicité entre Stewart et Binoche dans un duel feutré et instinctif. Le rôle à la Lindsay Lohan qu’offre le réalisateur à l’adolescente américaine, Chloe Moretz, symbolise à lui seul le regard de Assayas sur Hollywood.

A l’inverse de Cronenberg dont le décevant et très cliché Maps to the Stars (qui était également en compétition cannoise cette année) posait également un regard sur les comédiennes, Assayas se montre bien plus audacieux et moins moralisateur que le cinéaste canadien. S’il ne cache rien de la cruauté de ce métier, Assayas fait entendre une autre voix et ne réduit pas ses actrices à de ravissantes idiotes écervelées et pailletées. De Clean (prix d’interprétation féminine pour son actrice Maggie Cheung) à Irma Vep (hommage à Musidora et Vampires de Louis Feuillade), Assayas l’a prouvé: il est un fin connaisseur de la psyché des actrices.
Il nous livre ici une belle mise en abyme et métaphore sur le jeu, la création et sur le métier d’actrice.

Assayas, le virtuose, déclare ici sa flamme à la femme!

Sils Maria sort le 20 août en Belgique et en France.

Written By

Atteinte de cinéphilie aiguë, Lorraine Lambinet, fille de projectionniste, a passé son enfance dans les salles obscures. Titulaire d'une Maîtrise Arts du Spectacle et Écrits Cinématographiques, elle a touché à tous les domaines du 7ème Art aussi bien à la programmation (Festival Quais du Polar, Courts du Polar), l'exploitation (Projectionniste), la réalisation (Assistante réalisatrice) ou la production (Assistante de production long-métrage ). Aujourd'hui, elle est Directrice d'un cinéma en région parisienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *