Sous la ceinture

« Une fable satirique ou comment les coups bas sont permis ?

Quelque part au milieu d’un désert, un nouveau venu – Dobbitt  – vient prendre son poste de Vérificateur et fait la connaissance de son collègue Hanrahan, avec lequel il partagera une chambre. Hanrahan voit d’emblée en Dobitt un rival et le traite comme tel. A ses yeux, il est essentiel de le dégoûter tout de suite, afin que Dobitt se décide, et le plus tôt sera le mieux, soit à repartir, soit à se suicider. Il semble que tel ait été le triste sort du prédécesseur de Dobitt… Bien entendu, leur supérieur hiérarchique, le cynique Merkin, trouve autant de plaisir que d’intérêt à souffler sur le feu et les braises.

Et pendant que les hommes se déchirent et s’égarent dans leurs propres pièges au milieu du désert, le monde nocturne et son peuple inquiétant accentuent silencieusement, inexorablement, leur pression sur les palissades …

Une pièce qui décrit avec une remarquable acuité un certain monde de l’entreprise, un huis-clos où l’hilarité et la vivacité, loin de nuire à la gravité du propos, lui donnent un relief inattendu.

Je suis enthousiaste, vraiment ! J’ai passé un excellent moment. Les comédiens sont très bons avec des mimiques à mourir de rire. Ils ont beaucoup d’humour et d’ironie et les jeux de mots fusent.

C’est une comédie très sombre rythmée par des dialogues brillants !

La pièce est très dynamique grâce à la mise en scène. Simple : trois lieux bien pensés où s’alternent les différentes scènes, dans un décor sobre. L’éclairage est bien pensé lui aussi afin de donner une ambiance mystérieuse et la musique qui accompagne les déplacements des acteurs est très justement choisie.

Cette pièce, drôle et méchante, traite de l’abstraction de soi-même, et de l’investissement de soi dans le travail. Pas de vie de famille, rien pour se distraire, la rentabilité est poussée à son maximum, sans aucun horizon joyeux. La notion de hiérarchie est un élément important, mais attention, on passe très vite d’une morale droite et juste à des complots bas et manipulateurs.

Du 16 au 27 avril à 20h au Petit Varia, 78 rue du Sceptre à 1050 Bruxelles.

Les prix oscillent entre 11€ et 20€. De Richard Dresser.

Traduction de Daniel Loayza.

Mise en scène de Delphine Salkin.

Avec: Olivier Cruveiller, François Macherey, Jean-Philippe Salério.
Plus d’informations sur le site du théâtre Varia.

Tags from the story
Written By

Le monde est petit, c'est pourquoi j'ai décidé d'en faire le tour! Le voyage, c'est aussi à travers les films, les livres, le théâtre, la nourriture et les découvertes en tout genre. Curieuse de nature, j'ai un vif intérêt pour l'art et la culture. Je visite régulièrement des expositions, salles de théâtre et de cinéma en quête de découvertes. Avide de lecture et gourmande de nature (dans les deux sens du terme), tous les moyens sont bons pour m'évader!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *