Stanislas-André Steeman – L’assassin habite au 21

« Un mystérieux assassin terrorise Londres en commettant des crimes en série. Il signe ses forfaits d’une carte de visite au nom de « Monsieur Smith ». Le surperintendant Strickland est chargé de l’enquête. Ses investigations le conduisent rapidement dans une pension de famille (au 21 Russell Square) où se cache le coupable. Il n’aura alors de cesse de le démasquer parmi les locataires. »

Quel plaisir divin que d’entamer la lecture d’un roman policier à la Agatha Christie qui n’est, pour une fois, une triste traduction de la langue de Shakespeare! En outre, vous pensez bien qu’on se rapproche dangereusement de l’orgasme cérébral quand on sait que l’auteur de ce petit bouquin vient de notre plat pays !

Et comme les chevilles qui gonflent avant la lecture, c’est toujours dangereux, nous n’en fûmes probablement que plus intraitables avec ce brave S-A (puisse-t-il nous pardonner de sa tombe un jour)… C’est d’ailleurs surement pour cette raison trouble que nous fûmes un tantinet déçue de son roman.

Indubitablement, il s’agit d’un chef-d’œuvre en matière d’intrigue. Stanislas maîtrise le menage en bateau avec beaucoup d’aisance et nous laisse dans une purée de pois du début à la fin. À cela s’ajoute ce flegme anglais et ces bonnes manières britanniques qui nous ravissent et nous voilà conquise, narrativement parlant, du moins. En effet, au niveau de la forme, il subsiste malheureusement certaines coquilles ainsi que quelques incohérences qui nous font froncer de temps en temps les sourcils et nuisent à la bonne compréhension du roman.

Lui pardonnera-t-on cet écueil ? Etant donné qu’il a 72 ans de bons et loyaux services derrière lui, je pense qu’on ne lui en tiendra pas rigueur et qu’on oblitèrera ce petit désappointement en faveur des aspects positifs qui sont pour le moins plus nombreux.

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *