Stomp, un spectacle percutant au Cirque Royal

stomp

Du rythme de la tête au pied au Cirque Royal. Le rythme du tonneau au balais. Le rythme des claquettes aux balles de basket. Avec Stomp, rythmes, corps et objets domestiques n’ont jamais été aussi attrayants.

Pour vous prouver que l’on peut faire de la musique avec tout (mais genre vraiment tout), la compagnie anglaise Stomp a été créée, en 1991, par Steve McNicholas et Luke Cresswell. Le premier est comédien, musicien et auteur. Le second est percussionniste. Le groupe impressionne tant il est polyvalent. Percussionnistes – certes – mais également théâtreux, acrobates, danseurs. Ils seront en salle au Cirque Royal fin de semaine prochaine !

Dans un décor urbain alternatif, avec des brols partout, du grillage, des briques, les chorégraphies sont époustouflantes. Dans une ambiance hip-hop new-yorkaise, la souplesse et la virtuosité des corps réjouit. Vêtus à la kepun ou en ouvriers, l’énergie qui se dégage de chaque artiste revitalise incontestablement toute humeur maussade. Par ces temps grisâtres, c’est ce qu’il nous faut.

Des fous du rythme

Les mecs (et dames) tambourinent sur des bidons en plastiques, des poubelles en ferraille, des casseroles, des verres en verre, des tasses en alu. Ils tapent du pied, de la claquette, du balais, du couvercle de poubelle (toujours la fameuse poubelle). Ils débarquent sur scène avec des briquets, des éviers, des torchons, des aquariums, des allumettes, des couteaux (aucune goutte de sang n’est versée, rassurez-vous). Ils font rouler des caddies de supermarché. Ils entrechoquent des ballons. Limite s’ils pouvaient entrechoquer des réfrigérateurs, ils le feraient sûrement. Tout objet anodin de la vie quotidienne se voit métamorphosé en instrument de musique*. Tout en syncopes, en hoquets, en nuances, en crescendo, en chuchotements, le groupe nous emmène dans un voyage étonnant qui réveille en nous du primitif percussif !

*(le lien, j’ai pas pu m’en empêcher)

Pour quel spectateur ?

Depuis 25 ans, ça tourne. Quelques 52 pays ont accueilli le spectacle. A tel point qu’il en est devenu culte. Il fait partie du cercle très restreint de créations internationales à la longévité exceptionnelle. C’est une recette qui fonctionne, et qui ne s’épuise pas. La formule convient à tous les âges, pour tous les genres : la percussion, c’est pour tout le monde, sans exception. Les parents, les grands-parents, les enfants, les ados. Qui n’aime pas le rythme ?

Quand et où ?

Après plus de dix ans d’absence à Bruxelles, le spectacle revient, sur la scène du Cirque Royal. La maison de production de l’humour francophone Corniaud and Co, basée à Schaerbeek et à Paris, organise l’événement et propose quatre séances : le vendredi 25 novembre à 20h, le lendemain, une séance à 16h et une à 20h, enfin le dimanche 27, à 17h.

La question : « Mais que de la percu, c’est pas un peu long ? »

1) Nenni. Because : c’est un spectacle aussi drôle.

Des touches d’humour relèvent la saveur du spectacle. Et étrangement – et heureusement – l’humour n’est pas aussi lourd qu’une masse percutant un seau. Il semble amené subtilement. On peut dire qu’il nous sauve par moment de la lassitude. Les échanges complices sur scène entre les membres sont taquins, expressifs. Mais surtout parce que OUI. It’s a spectacle aussi de théâtre. Les artistes – mâles musclors en Marcel chaussés de Rangers noires, ou femmes en pantalon treillis déchirés et tee-shirt tachés – ne sont pas que percussionnistes, danseurs. Ils sont aussi comédiens. Voyez par vous même :

La question persiste en vous…

2) Nenni. Because : des mélodies.

Si vous n’avez pas l’oreille fine et que les nuances dans les percussions ne vous rassasient pas, sachez que nous assistons à « de la musique avant toute chose ». Stomp ne fait pas que claper, frapper, claquer, crier. Il compose, tricote, assemble pour nous inviter à la mélodie. Le travail de synchro et d’écoute, j’vous dis pas :

Alors si vous aussi vous aimez l’univers punk, la street, la téci alternative, allez voir ce spectacle.

Si vous aussi vous trouvez ça chouette, les gens dans votre entourage qui ne peuvent pas s’empêcher de faire des rythmes sur leur torse, avec leur stylo, avec leurs joues (OK j’avoue, je songe à la gamine dans Moi, moche et méchant), allez voir Stomp. Si vous aussi vous aimez les mecs qui font de la musique en tournant leur doigt sur des verres en cristal différemment remplis les uns des autres (mais si, c’est classe) … allez voir Stomp!

Si vous non plus vous ne vous sentez plus quand les tambours tribaux animent les rues, allez au Cirque Royal. Si l’univers des bandas vous plaît, ou que la samba ou l’afro sauvages vous parlent, allez au Cirque Royal. Entre vendredi 25, samedi 26 (2 séances) ou dimanche 27, vous avez le choix. Et réservez vite parce qu’à mon humble avis, même si vous avez quatre chance d’y assister, ça risque d’être vite complet.

Tags from the story
Written By

En Belgique depuis 2 ans, je suis passée par différents paysages culturels bruxellois. Ce pays est fabuleux et Culture Remains est là pour nous le rappeler ! Vous me trouvez surtout dans la rubrique musique. Mon dada? Les musiques trad et électro. Mon quotidien? badminton, musées, concerts, vélo, voyages, cinéma, bavardages. Je parle fort et suis un peu j'tée, mais si vous me lisez, ça va mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *