Sweeney Todd

« Après avoir croupi pendant quinze ans dans une prison australienne, Benjamin Barker s’évade et regagne Londres avec une seule idée en tête : se venger de l’infâme Juge Turpin qui le condamna pour lui ravir sa femme, lucy, et son bébé, Johanna. Adoptant le nom de Sweeney Todd, il reprend possession de son échoppe de barbier, située au-dessus de la boulangerie de Mme Nellie lovett. Celle-ci l’informe que Lucy se donna la mort après avoir été violée par Turpin. Sweeney Todd est alors bien décidé à mener à terme sa vengeance, quel qu’en soit le coût… »
 
Même si, de temps en temps, le côté musical peu entrainant saoule franchement et que le sang ressemble soit à de la sauce pour nem soit à de l’encre pour stylo, cette tragédie est bien moins indigeste, à mon goût, que ce qu’on m’avait laissé entendre. Une brochette d’acteurs en or, un décor splendide et des effets visuels à couper le souffle font de ce film une perle d’eau ophtalmique. Le style burtonien a encore frappé et charmé et Depp et Rickman sont tellement charismatiques qu’on en reste pantois (et Helen fait le reste). Merci à eux.

Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *