Territoire gardé par un chien crevé

« Il ne faut pas réfléchir, sinon on se rend compte de trop de choses, ça enlève l’envie, ça coupe l’appétit, on commence à faire le difficile. »

Un titre intriguant et une affiche envoûtante; il ne m’a rien fallu de plus pour assister à cette étrange pièce de théâtre, création LABO, basée sur des nouvelles de l’auteur hongrois Szilàrd Podmaniczky.

L’étonnement ressenti lorsque j’ai vu l’affiche s’est poursuivi en entrant dans la salle. La disposition des sièges laissait plus penser à une séance des Alcooliques Anonymes qu’à une représentation théâtrale ; à raison. Elle s’est également poursuivie lorsque les acteurs ont pris la parole. Sept voix, sept individus racontant, dans un tour de rôle non-défini à l’avance, leur histoire tragiquement drôle ou devrais-je dire drôlement tragique. Des hommes, des femmes, un individu au sexe plus indéfini.

Des malheurs, des bonheurs, des histoires somme toute ordinaires. Des jeunes, des vieux, des anecdotes intemporelles. Des sourires, des larmes, des silences lourds de sens. A l’écoute de ces confessions des chiens crevés anonymes, il est difficile de garder une distance. Plus d’une fois, l’envie m’a prise d’intervenir, de m’investir dans ce cercle de parole comme je pourrais le faire s’il était aussi concret qu’il en a l’air. Plus d’une fois, l’envie m’a prise de demander plus d’informations sur ces histoires abracadabrantes, de partager moi aussi, mon vécu. Mon petit doigt me dit que c’était d’ailleurs là le but d’une telle mise en scène.

Bien qu’en fin de compte, à l’image de l’illustration de cette pièce, ces monologues ne sont que de banales tranches de vie criantes d’humanité, on s’y laisse prendre, allègrement.

Du 25/04 au 04/05/2013 à 20h au Théâtre Marni, 25 Rue de Vergnies à 1050 Bruxelles. Les prix oscillent entre 4 et 8 €.

Jusqu’au 4 mai 2013 au théâtre Marni.

Tags from the story
Written By

Musicien, photographe, écrivain, le tout en amateur mais avec passion. Au point que j'ai quitté un emploi stable pour me reconvertir dans le journalisme. Je suis retournée à l'école à 30 ans passés et depuis je me réjouis de ce choix qui me porte vers ce que je suis! Une personne curieuse de tout, passionnée de musique, de voyages terrestres ou spirituels, de rencontres avec l'autre...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *