The Iron Lady

« Margaret Thatcher, première et unique femme Premier ministre du Royaume-Uni (de 1979 à 1990), autrefois capable de diriger le royaume d’une main de fer, vit désormais paisiblement sa retraite imposée à Londres. Âgée de plus de 80 ans, elle est rattrapée par les souvenirs. De l’épicerie familiale à l’arrivée au 10 Downing Street, de succès en échecs politiques, de sacrifices consentis en trahisons subies, elle a exercé le pouvoir avec le soutien constant de son mari Denis aujourd’hui disparu, et a réussi à se faire respecter en abolissant toutes les barrières liées à son sexe et à son rang. Entre passé et présent, ce parcours intime est un nouveau combat pour cette femme aussi bien adulée que détestée. »

 

The Iron Lady fait partie de ce type de films historiques qui n’offrent certes pas un scénario puissant et totalement novateur (forcément, puisque l’inspiration provient essentiellement des faits) mais qui nous donnent l’occasion à tous, en tant qu’incultes du coin, d’en apprendre un peu plus sur certains pans de notre Histoire que notre éducation scolaire n’a pas eu le temps d’aborder.

Avec The Iron Lady, nous faisons donc la connaissance de Margaret Thatcher. Grâce à un méli-mélo de flash-back et d’hallucinations poignantes, le film nous promène sans ménagement à travers sa vie de fille d’épicier anglais. Bien qu’initialement très ordinaire et quelque peu rebutante en raison de son inflexibilité, Thatcher et son ascension diachronique se voient offrir un peu de mystère et de sensibilité par ces changements intempestifs fort bien choisis.

De ce fait, si, en général, un film doit montrer un minimum d’engagement personnel et moral de la part de la production (ou alors être dès le départ créé comme étant un documentaire), The Iron Lady réchappe très finement à ce problème en offrant l’Histoire, sans une once de prise à partie, couplée à la femme et toute la douceur de ses sentiments.

Meryl Streep est bien entendu splendide, épaulée par le charmant Jim Broadbent, et même si on regrette un peu de ne point pouvoir s’appesantir sur les relations mère-enfants tout juste abordées lors du film, on n’en ressort pas mécontent d’avoir un instant côtoyé la première femme à avoir été Premier Ministre au pays du flegme et du brouillard !

Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

3 Comments

  • ha ça, j’ai bien envie de le voir, c’est déjà sorti ? genre je vais au cinoche une fois par an … suis pas très au courant !! bises et merci pour l’article

  • Je vais aller le voir aussi =) Ça avait de mauvaises critiques donc j’hésitais un peu … mais en général je fais plus attention à ton blog qu’aux critiques vu que je suis souvent d’accord avec ce que tu dis =)

  • Oui! Déjà sorti il y a deux semaines je pense! 🙂 C’est pas le film du siècle mais ça se laisse agréablement regarder, je trouve!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *