Twilight Portrait

« Marina est une superbe jeune femme d’une trentaine d’années, mariée à un homme d’affaires un peu trop mou, ce qui la pousse à chercher davantage de virilité dans une vieille chambre insalubre avec un ami de la famille. Assistante sociale aux revenus moyens, elle peut compter sur les finances de papa pour arrondir ses fins de mois. Le jour où Marina se fait sexuellement agresser par trois policiers, sa vie bascule. Elle crie vengeance. Déterminée, elle est bien décidée à tuer ses agresseurs. Mais les choses ne se passent pas comme prévu… »Twilight Portrait est un premier long métrage de Angelina Nikonova que j’ai eu le plaisir de découvrir à l’occasion du Brussels Film Festival. Ce portrait au crépuscule est avant tout le portrait d’une société russe totalement blasée et en pleine déchéance, engouffrée dans la drogue, l’alcool et la corruption. Une société où même l’entraide se monnaie.À travers le personnage de Marina, on découvre une femme révoltée; révoltée contre ce qui lui arrive, mais également contre sa condition de bourgeoise fonctionnaire pépère. Petit à petit, on assiste à son évolution et l’on plonge dans cet univers ambigu, cru et malsain qui nous prend à la gorge pour ne plus nous lâcher. Un univers où les mots « Je t’aime » sont une arme plus puissante et plus douloureuse qu’un flingue.

Le seul bémol de l’histoire réside dans sa première demi-heure, laquelle nous soumet à des longueurs un peu superflues, sans doute pour nous planter le décor, relativement effrayant, des quartiers russes mal famés où les habitants semblent tous issus de consanguinité. Je me suis d’ailleurs promis de ne plus jamais critiquer les gens du Hainaut après visualisation de ce film.

Twilight Portrait mérite d’être découvert pour sa réalisation pertinente, sa dimension psychologique, et sa peinture sociale intransigeante.

Nous pouvons dire bravo à madame Nikonova pour ce premier essai des plus réussis.

Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *