Un fluide glacial et spécial entre le plat pays et l’enfant chéri de Gotlib

Il n’est pas rare que la Belgique se voie l’honneur d’être consacrée dans l’un ou l’autre numéro spécial de magazines tous azimuts. Et le monde de la bande dessinée n’y fait pas défaut puisque voilà un Fluide Glacial Deluxe de novembre qui consacre 16 pages au plat pays qui est… dessin. Fluide Glacial Deluxe, à l’instar des recueils Spirou et consorts, reprend l’intégralité de trois numéros récents (ici août-septembre-octobre) de 82 pages chacun, soit 260 pages de bande dessinée d’humour corrosif à destination des adultes. Avec en plus, la quintessence du bonus: un dessin inédit du Chat douanier!

Mais concentrons-nous sur cet ajout spécial de 16 pages consacrées à la Belgique. Autant dire qu’elles sont réussies: une fois n’est pas coutume et alors que les thèmes suivants sont bien souvent récurrents dans pareil « d-hommage », il n’est ici pas question de frites, de « une fois » ou autres blagues belges, mais d’un peu de politique, d’un air de Toots et de Terrils et surtout beaucoup de surréalisme. Entièrement réalisées par des artisans du terroir bédéphile belge (les savoureux Vandermeulen et Oncle Gilbert en tête), ces pages collectors contiennent trois interviews. La première avec les talentueux auteurs de la série très pop art et américanisée Cowboy Henk, qui a récemment revisité l’Histoire de la Belgique: Herr Seele et Kamagurka. L’occasion d’apprendre que la musculature de Superman n’existe pas et l’existence d’une photo des deux auteurs avec Bart de Wever. Mais bien plus encore. La deuxième interview prend le parti d’interviewer un musicien, quasi-illustre inconnu, un bon choix puisque Fred Deltenre, joueur de blues-rock-chanson-ukulélé-techno du futur, se révèle être un excellent intervenant, donnant une belge idée du surréalisme régnant dans le royaume. Enfin, Thomas Gunzig se prête lui aussi aux questions-réponses, avec un retour sur le passé de l’auteur et chroniqueur belge: d’une mort de rire devant un récit de Gotlib à une récente lecture du Blaste de Larcenet qui l’a littéralement retourné.

N’oublions quand même pas la bande dessinée, puisque c’est quand même l’un des fondamentaux du Fluide Glacial. Encore une fois, le lecteur est gâté avec une histoire inédite et loufoque de l’Oncle Gilbert menant de main de maître (et de salami) une campagne électorale pour son neveu Jean-François sur fond de culture et d’un boucher reconverti en monstre de foire.

Et si ces 16 petites pages peuvent sembler bien pauvres et qu’on en redemanderait bien un peu plus, restent les 246 autres pages pour (re)découvrir le ton unique de Fluide Glacial. Une revue créée par Marcel Gotlib et qui fêtera l’année prochaine ses 40 ans de franche hilarité, de sexe dessiné, de voyage dans le temps (certaines pages voulues rétro sont en noir et blanc) et d’une richesse de dessins incroyable, entre dessin grossier et réel univers graphique. Puis bon, Fluide Glacial, c’est quand même la terre bénie des Édika, Binet, Solé jusqu’aux plus jeunes Terreur Graphique et Pixel Vengeur, que du bon, on vous dit!

Collectif, Fluide Glacial Deluxe n°3 (Novembre 2014), Fluide Glacial (Flammarion), 262 pages, 9,90€

Tags from the story
,
Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *