Une année en Australie

Sophie Libion a passé 10 mois en Australie, une expérience dépaysante qu’elle partage avec vous, avec nous, et qu’elle recommande chaudement à ceux qui seraient tentés par le pays des kangourous.

Une année en Australie n’est pas un roman et n’en a nullement la prétention. Ceux qui cherchent donc la romance et le scandale devront dès lors passer leur chemin. Si ce n’est pas un roman, ce n’en est pas pour autant un journal. Des détails intimes ou insignifiants nous ne saurons rien. Et ça tombe bien, ça ne nous intéresse peu, voire pas du tout. Dans son carnet de voyage, Sophie nous raconte essentiellement ses expériences de travail et de voyage, sans oublier les rencontres, bonnes ou mauvaises, qu’elle a faites.

On apprend donc comment elle est partie avec un pote, comment ils se sont séparés en chemin pour suivre chacun leur route, les Français, Hollandais et autres backpackers qu’elle a rencontrés, les Australiens qui l’ont hébergée et/ou engagée, les endroits atypiques ou merveilleux qu’elle a visités mais, surtout, les tâches, parfois ingrates, parfois insolites ou, parfois, simplement tellement éloignées de notre réalité de citadin européen qu’elle a dû effectuer. Elle nous livre aussi comment elle a appris à dompter la langue et la mentalité de ces Aussies, parfois un peu bourrus mais toujours au grand cœur.

En tournant les pages d’une année en Australie, j’ai un peu l’impression d’avoir fait partie du voyage, transbahutée bien au chaud dans une petite poche du sac à dos de SophieSerait-ce de la nostalgie ? Je ne peux en effet pas m’empêcher de repenser à mon propre voyage, certes bien moins long et exaltant, sur cette île pour le moins surprenante. 

En fermant le bouquin, une seule certitude, la même que la sienne : Australie, je reviendrai.

Si une année en Australie n’a pas la forme d’un roman, il a néanmoins la matière d’un bon bildungsroman (roman d’initiation) et comme tous les bons héros de ce genre, Sophie est incontestablement ressortie grandie de cette expérience et, à travers sa lecture, en quelque sorte, nous aussi. 

Une année en Australie, de Sophie Libion, éditions La Boîte à Pandore, 215p.

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *