Une encyclopédie qui change tout et enchante

Et si on réinventait tout, tout en restant sur Terre. Si on fantasmait son commencement, ses religions, sa géographie pour en faire un monde où le conte épique règne en loi. C’est de ce postulat qu’est partie la talentueuse auteur londonienne Isabel Greenberg avec L’encyclopédie des Débuts de la Terre, son tout premier album après un passage comme illustratrice chez quelques fameux quotidiens (The Guardian, The New York Times…). Une terre placée sous l’égide du dieu irascible et omnipotent Homme-Aigle.

Encyclopédie des débuts de la terre Greenberg 5

Mais reprenons depuis le début, ou peut-être est-ce par la fin? « Lorsque l’homme du Nord et la femme du Sud rapprochèrent leur canoës dans les mers glacées du Pôle Sud, tous deux comprirent qu’ils venaient de trouver l’âme soeur. » L’amour aussi instantané qu’éternel, pourtant un bémol pointa très vite à l’horizon des débuts de la Terre, impossible pour ces deux a(i)mants de se rapprocher, le champ magnétique des débuts de la Terre ne le voulait pas, ne les laissait pas s’enlacer. Et même le Shaman, pourtant si compétent, de la tribu Dessous-de-là ne pouvait les aider: « Comment débrouiller ça? Vous venez de deux pôles opposés et pourtant vous n’en faites qu’un. Pas étonnant que votre rencontre détraque le champ magnétique. » S’aimant toujours plus fort mais ne pouvant fusionner, les deux êtres trouvaient réconfort dans l’histoire de leur rencontre que l’homme, formidable conteur, ne se lassait de raconter.

Encyclopédie des débuts de la terre Greenberg 1

Avec comme point de commencement les trois sœurs de l’Île d’Été, une fratrie avec ses conflits, son amour aussi. Mais lorsqu’elles trouvent un bébé sur les berges du Lac du Ciel et qu’elles doivent l’éduquer à trois, la mission se révèle impossible. Décidées, elles s’en iront voir le Shaman pour diviser le petit homme afin que chaque sœur ait son bébé. Et c’est là le début d’une étrange aventure qui mènera l’enfant, d’abord trois, puis un, à découvrir les limites de ce monde aussi fascinant que bizarre, à rencontrer (tel un petit prince, auquel ce roman graphique fait parfois penser) des personnes, bonnes ou méchantes, des créatures mystiques entre onirisme et réalité légendaire.

Encyclopédie des débuts de la terre Greenberg 2

Avons-nous encore besoin de contes, de légendes, d’imaginaire quand la télé s’y substitue de manière quasi-autoritaire? Oui, assurément, et l’histoire, ou plutôt « les » histoires que signe Isabel Greenberg sont fascinantes. Du genre de celles qu’on lit avant de mettre coucher les plus petits, de celles qui inspirent les grands aussi. Car tout le monde y trouvera son bonheur pour peu d’adhérer à l’univers graphique fantastique de Greenberg (douée pour représenter les perspectives et les reliefs. Tant qu’un peu d’imagination suffit à imaginer cette bande dessinée en 3D et animée) entre bichromie pour certaines cases et multichromie. Et en 174 pages, Isabel Greenberg réinvente le monde (souvent de glaces mais toujours chaleureux), sa mythologie, son Histoire, avec quelques clins d’œil et reprises religieuses: Moïse, Noé, Jonas ou encore Babel. Avec des géants aussi, les mille façons de dire la neige des Inuits et surtout un imaginaire propre fourmillant et souriant qu’Isabel contemple et réprésente (sans doute hérité en partie de sa maman créatrice du Musée imaginaire de Marco Polo). Un monde recréé, rempli d’humanité (ni toujours bonne, ni toujours mauvaises) avec un amour formidable. Une fantastique échappée!

Encyclopédie des débuts de la terre Greenberg 4

L’encyclopédie des débuts de la Terre, d’Isabel Greenberg, Traduit par Stéphane Michaka, Casterman, 176p., 24€.

Tags from the story
Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *