Van Gogh au Borinage

Annoncée comme l’événement phare de l’année culturelle, l’exposition Van Gogh au Borinage, la naissance d’un artiste fait la fierté de Mons 2015.

L’exposition s’ouvre sur une ligne du temps retraçant les grandes lignes du parcours de Van Gogh. Un parcours étonnant, parsemé de voyages, dont un sera décisif dans sa conversion en artiste : son passage dans le Borinage. Car avant d’être l’artiste flamboyant que l’on connaît aujourd’hui, Vincent Van Gogh passe par diverses phases. Né dans une famille hollandaise bourgeoise, il est d’abord marchand d’art. Personnage tourmenté, il s’isole et montre un intérêt croissant pour la religion. Il s’astreint à des études de théologie, mais échoue plusieurs fois. Il obtient finalement une mission d’évangéliste dans le Borinage, où l’illumination viendra enfin et l’éclairera sur sa vocation d’artiste. Arrivé dans le bassin minier, Van Gogh découvre le monde des charbonnages, les conditions de vie misérables et la pauvreté extrême de la population.

Lettres à Théo

Tout au long de sa vie, Van Gogh entretiendra une correspondance régulière avec son frère et confident Théo. L’exposition propose plusieurs lettres originales écrites durant son passage dans le Borinage. L’écriture est minuscule, timide mais volontaire, çà et là agrémentée d’un petit dessin dans la marge. Une belle entrée en matière que ces quelques lignes, à lire et à écouter en silence, dans la pénombre.

Des dessins maladroits, des maîtres inspirants

Les salles suivantes sont consacrées aux tous premiers dessins et croquis. Van Gogh est hésitant, malhabile ; ses dessins manquent de proportions, de perspective. On assiste aux premiers coups de crayon, aux premiers balbutiements. Van Gogh commence à s’intéresser à la peinture. Il trouve ses maîtres; Millet en particulier l’inspire dans ses peintures sur le travail des champs. Certains tableaux sont d’ailleurs visibles, témoins de l’école suivie par l’artiste en devenir.

Une influence déterminante

Au fil du temps et de ses essais, Van Gogh s’affirme. La technique se développe, le crayon laisse place au pinceau. Les couleurs restent toujours très sombres, reflets du monde qui l’entoure. C’est lors de cette période que l’apprenti confirme son art et trouve les idées, les sujets qui constitueront la trame générale de son œuvre : les travaux des champs, les chaumières et les petites gens. Ces trois grands thèmes issus de son passage dans le Borinage ne cesseront de revenir, sous une forme ou l’autre, dans ses futurs tableaux.

Une exposition à la hauteur

Le BAM a mis les bouchées doubles pour cette exposition, puisque 70 peintures, dessins et lettres de Van Gogh sont proposées. On retrouve des œuvres-phares, notamment Le Semeur (affiche de l’exposition), Les Bêcheurs, et Le Moissonneur à la faucille, une toile prêtée par le musée Uehara au Japon, jamais vue en Europe.

Dotée d’une belle scénographie, l’exposition tient ses promesses. Touchante, émouvante, elle revient sur les premiers pas d’un artiste grandiose, mais dresse aussi un portrait des conditions de vie dans le Borinage de l’époque. Une réussite !

Van Gogh au Borinage, la naissance d’un artiste.

Jusqu’au 17 mai 2015 au BAM, 8 Rue Neuve à Mons.

Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h.
Gratuit les premiers dimanches du mois.

Tarifs : de 5 à 15€

Plus d’informations sur le site du BAM et sur Mons2015.

Tags from the story
, ,
Written By

Coordinatrice éditoriale pour Culture Remains, j'use aussi de temps à autres de ma plume. Culturellement plutôt classique, je reste toujours ouverte à d'autres horizons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *