Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une

Cela faisait déjà plusieurs semaines que ce livre me faisait de l’œil à la librairie. Affublé d’une petite banderole revendiquant « le livre qui a rendu 1 million de lecteurs heureux », il ne pouvait qu’attiser ma curiosité. Si quelqu’un a trouvé la recette miracle pour rendre les gens heureux, cela mérite que l’on s’y attarde un peu! A la lecture du résumé, j’ai d’abord pensé avoir affaire à un petit roman feel good, idéal pour tuer quelques heures sur la plage en été. Au fil des pages, je me suis rendue compte que j’étais face à quelque chose de plus complexe: un livre de développement personnel déguisé en roman!

Il ne faut pas attendre longtemps avant que Raphaëlle Giordano nous fasse entrer dans le vif du sujet. Dès les premières lignes, elle confronte le lecteur au mal-être qui ronge Camille. On ne peut s’empêcher d’éprouver de l’empathie pour ce personnage qui se sent sombrer sans trop savoir pourquoi. Vu que les choses sont bien faites, c’est quand elle est au plus bas que Claude, un « routinologue », fait son entrée pour voler à son secours. Grâce à ses conseils avisés et à une méthode bien à lui, il se lance le défi d’aider Camille à reprendre sa vie en main afin qu’elle puisse s’épanouir pleinement et retrouver sa joie de vivre.

Cette entrée en matière m’a vraiment donné envie d’aller plus loin dans ma lecture. Le fait de donner des conseils de développement personnel et d’illustrer cela à l’aide de personnages et d’une histoire est plutôt original. De plus, je pense que cela permet de vulgariser certains principes de psychologie qui ne sont pas forcément simples à appréhender pour tout le monde. Cependant, l’idée n’a pas été assez exploitée à mon goût. En effet, même si Camille et son « routinologue » sont assez attachants, l’auteur ne développe pas beaucoup leurs histoires respectives et le récit est assez plat.

N’étant pas une experte en psychologie ou en développement personnel, je préfère ne pas me risquer à émettre un avis sur la qualité des conseils prodigués dans ce livre. Mais je dois dire que la plupart d’entre eux m’ont semblé être plein de bon sens. Par contre, ce que je trouve dommage, c’est que Camille se soit contentée de suivre tout ce qu’on lui a dit de faire en ne remettant quasiment jamais rien en question, et à chaque fois, tout s’est déroulé à merveille. Bon, je suis très contente pour cette pauvre Camille, mais soyons francs, dans la vraie vie, c’est assez rare que tout fonctionne toujours comme sur des roulettes et cela aurait pu être intéressant à évoquer dans l’histoire. Cela aurait pu créer des rebondissements et le récit en avait bien besoin.

Pour résumer, je dirais que ce livre se laisse lire facilement mais n’a pas un grand intérêt littéraire. Si vous cherchez une histoire qui vous tiendra en haleine du début jusqu’à la fin, ce n’est probablement pas ce bouquin qu’il vous faut. Par contre, si vous vous intéressez au coaching ou au développement personnel, cela peut être une lecture intéressante pour acquérir quelques notions de base ou pour avoir des petites astuces à appliquer au quotidien. Qui ne tente rien n’a rien!

Envie de vous faire une idée par vous-même? N’hésitez pas à aller lire les premières pages du livre ici.

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Raphaëlle Giordano, Eyrolles, 224 p., ISBN: 978-2-212-56116-6.

Tags from the story
Written By

Diplômée en communication des entreprises à l'ULB, je travaille actuellement comme coordinatrice et event manager dans une asbl à Bruxelles. J'ai décidé de me lancer dans l'aventure Culture remains parce que j'avais envie de m'investir dans un nouveau projet. J'ai toujours aimé écrire et cette aventure m'offre l'opportunité d'aiguiser ma plume tout en parlant de choses qui me tiennent à coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.