VIVA LA LIBERTÀ ou DEUX SERVILLO POUR LE PRIX D’UN !

Après IL DIVO ou plus récemment LA BELLE ENDORMIE, Toni Servillo incarne pour la 3ème fois de sa carrière un homme politique.
Mais dans VIVA LA LIBERTÀ (en salles le 5 février) si le magistral Acteur italien est toujours aussi parfait en politicien étriqué, il nous offre ici un double rôle en or, en incarnant également un frère jumeau désaxé et dépressif.

viva la liberta

Le film de Roberto Andò (l’auteur du livre  » Le Trône vide  » dont le film est tiré) repose sur le talent de l’acteur italien qui impressionne ici totalement par son art de la métamorphose.

VIVA LA LIBERTÀ est un film politique aux allures de vraie comédie italienne, une fable burlesque qui nous plonge dans les méandres de la politique mais toujours avec une certaine légèreté et beaucoup d’humour. 

Le film débute, un peu comme HABEMUS PAPAM de Nanni Moretti, au moment même où un homme de pouvoir va se soustraire à ses engagements et ses responsabilités et prendre la fuite. Cette fuite c’est celle du député Enrico, en pleine désaffection auprès de son électorat, qui disparaît brutalement après un meeting vivement critiqué.
 Or, en pleine période électorale sa disparition est inconcevable…


S’ensuit un jeu de rôle loufoque et fantasque où Giovanni, le frère jumeau va prendre au pied levé la relève de son frère dépressif.
Ce frère plus authentique et extravagant va découvrir la politique et ses rouages et choisir de parler avec son cœur, loin des discours tranchants de son frère, redonnant ainsi optimisme en son électorat.
Le député en fuite va, quant à lui, revenir à l’essentiel, se retrouver, connaître la joie des plaisirs simples auprès d’une ex-compagne française (incarnée par Valeria Bruni – Tedeschi) et ainsi (re) découvrir l’amour, la vie de famille, un peu de folie aussi et s’improviser … assistant – accessoiriste sur un tournage de film.


Un jeu de masque efficace, saisissant et plein d’humour qui appuie l’idée du film selon laquelle les hommes politiques seraient des acteurs nés et vice-versa et que politique ou cinéma c’est finalement la même chose: un sérieux sens du bluff et un peu de génie…

 Le film offre de savoureuses et belles scènes de cinéma comme ce jeu de cache cache avec le président italien dans la grande salle des mappemondes ou cette extraordinaire scène dans une piscine où le député nage avec sa nouvelle conquête et voit ressurgir sous l’eau ses vieux démons (sa femme, son conseiller…).


Viva La Libertà est un film politiquement burlesque qui ne se prend jamais au sérieux et dans lequel plane l’ombre d’un Frank Capra…

Davantage un pamphlet jubilatoire sur la situation politique actuelle en Italie, c’est une comédie savoureuse et légère, teintée de satire politique qui prouve qu’un film peut être engagé mais aussi faire rire…

Written By

Atteinte de cinéphilie aiguë, Lorraine Lambinet, fille de projectionniste, a passé son enfance dans les salles obscures. Titulaire d'une Maîtrise Arts du Spectacle et Écrits Cinématographiques, elle a touché à tous les domaines du 7ème Art aussi bien à la programmation (Festival Quais du Polar, Courts du Polar), l'exploitation (Projectionniste), la réalisation (Assistante réalisatrice) ou la production (Assistante de production long-métrage ). Aujourd'hui, elle est Directrice d'un cinéma en région parisienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *