Von Durden, plus défoulant que jamais, pour un des meilleurs crus belges de cette année

Vous cherchez l’album qui défrise du moment? Ne cherchez plus, vous l’avez entre les mains. Tout chaud, le troisième opus des Von Durden vient de sortir. Sobrement intitulé III, il se révèle excentrique (autant que la pochette de l’album propice aux selfies les plus dingues) et défoulant à souhait, ne dérogeant pas à la tradition que se sont donnéé ces rockeurs déjantés. Il faut dire que sur la scène belge, le groupe s’est forgé une solide réputation en sept ans et un raccourcissement de nom (on les a connus au tout début sous le nom de The Von Durden Party Project). Entre pop crade et toujours énergique et rock pur et dur, III compte bien être dans la lignée avec dix nouveaux morceaux.

Et ça commence de manière détonante avec un Dead Queen pas piqué des vers, tout en force, ça claque et c’est entêtant. Assez, pour te dire qu’à la fin d’une journée pluvieuse, la vie est quand même belle et regorge de chouettes surprises. Bien sûr on en était conscient depuis longtemps, que Von Durden en était un, mais à chaque retour du groupe liégeois, quel plaisir, à chaque fois plus marquant! Et au fil des titres, l’enthousiasme ne faiblit pas, on monte en puissance, on bouge la tête d’arrière en avant de plus en plus frénétiquement au rythme des tubes en puissance que sont un Don’t let me down ou un Creatures above the law. Remarquez, c’est bien parce qu’il faut en choisir, tant cet album tire sa force d’une cohérence sur toute la ligne, sans réel temps mort. On pense parfois au meilleur du Muse des premiers albums et c’est garanti sans édulcorant. D’autant plus que l’album a été enregistré dans des conditions live, ce qui renforce encore plus son authenticité.

Von-Durden-promo-by-Raphaël-Meert

Et si l’univers de ces rockeurs liégeois (avec la présence de la namuroise Gladys dans les choeurs) n’est pas joli, entre sexe, satanisme, violence et perdition, on se prend au jeu de croire aux aventures hautes en couleur du groupe.

Les guitares crachent, la voix est mordante pendant que nous, on n’en démord pas. Impossible de lâcher la galette et de s’empêcher de repousser sur le bouton play, une fois le disque à son terme. C’est tout bon et ça met cruellement de bonne humeur! Von Durden proposera son album en live le 1er octobre au Botanique, un show qui s’annonce d’ores et déjà excellent et salvateur!

Von Durden, III, chez V.Vega Records/ Pias.

Tags from the story
,
Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *