Weather Festival: Le tourbillon techno.

© Alban Gendrot.

La foule à perte de vue

Astropolis (brest) et I LOVE TECHNO (Belgique) ont un nouveau concurrent parisien ! Le week end du 18 mai à eu lieu l’événement de l’année en matière de musique house/techno: le Weather festival. Les concrètes, cocobeach, et autres soirées parisiennes hebdomadaires ne suffisent plus à satisfaire l’insatiable besoin de danser des fans de techno. Ce festival rend hommage aux rave parties originelles des années 90 et veux redonner à Paris le titre de capitale de clubbing perdue depuis longtemps. Les festivaliers ont donc pu battre leur record de danse et d’insomnie sur trois jours. Retour sur ce parcours du combattant.

Vendredi soir, Pigalle dans toute sa splendeur à la Machine du Moulin Rouge pour la soirée SONOTOWN. De l’acide-house à volonté avec TAMA SUMO & BEN UFO (Back 2 Back), KASSEM MOSSE (Live) et HTTP (Live). Encore une fois on a bien foulé le plancher de danse du Moulin !

Samedi midi direction le Palais des congrès de Montreuil, 12.000 personnes, deux gigantesques étages, une foule à perte de vue, un océan de teufeurs. Même les mythiques raves d’il y a 20 ans n’accueillaient pas plus de 5000 personnes. De la petite mise en jambes de Marcel Dettman à 14h, en passant par Nina Kraviz jusqu’à la clôture de Len Faki à 6H, il y avait de quoi devenir fou et ne plus savoir ou donner de la tête. Peu importe la chaleur et la soif (la sueur tombait du plafond, le propriétaire de la salle avait caché la défection de la climatisation et interdit l’accès aux points d’eau) on retient surtout le plaisir d’avoir vibré sous les 115 kW de son qu’offrait le sound system élaboré pour l’occasion. Une soirée incroyable qui a prouvé que Paris n’avait rien à envier à Berlin !


© Alban Gendrot. Nina Kraviz

Dimanche on avait le choix entre une petite concrète sur le traditionnel bateau du quai de la rapée, où bien on pouvait découvrir l’Electric, grand complexe de belles salles à Porte de Versailles qui ont rattrapé la douille d’Asnières. (l’after était prévu dans un entrepôt à Asnières mais la mairie a interdit l’événement 3 jours avant…). La closing Party à L’Electric était vraiment très agréable, after de 24h en hauteur, avec vue panoramique sur Paris et La tour Eiffel qui sonnait le décompte de la fin du festival en scintillant à chaque heure. Une salle propre, climatisée, avec des basses qui vous soulèvent le cœur et des mélodies qui font virevolter vos bras grâce aux DJ (Cabane etc…). Grand moment d’émotion à 6h quand l’équipe s’est rassemblée pour remercier les derniers danseurs qui ont eu du mal à partir (les effets du LSD sont coriaces).

Apres avoir traversé les tapis roulants qui ramenèrent des jambes endolories vers la sortie, la nostalgie de cette première édition remplace l’euphorie. Première édition du Weather Festival réussie, et la fête ne fait que commencer!

Louise Desmoulains

Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *