YUKONSTYLE

« À la frontière de l’Alaska, sur la route principale, Kate porte sa robe de lolita trash et fait du stop depuis plusieurs heures. Frigorifiée, elle est recueillie par la jeune Yuko et son ami Garin qui tentent de trouver les moyens nécessaires pour passer l’hiver et secourir Dad’s, le père de Garin. Angoissé, celui-ci voit en effet les fantômes de son passé revenir : le procès d’un célèbre serial killer commence à la télé et Goldie, la squaw disparue vingt ans plus tôt, vient le hanter. Il fait quarante-cinq degrés au-dessous de zéro. Dehors, le corbeau plane, inlassablement. Le décor est planté, l’histoire peut commencer…. »

Sarah Berthiaume est une jeune auteure québécoise qui nous livre ici un texte précis, sincère, et chargé d’émotions. Partie se chercher dans le Grand Nord après une peine de cœur, Sarah Bertiaume découvre Greyhound, les grands espaces à couper le souffle, le Yukon et la solitude du Grand Nord.

Au retour, elle imagine l’histoire de Yuko, Garin, Dad’s et Kate : quatre solitudes face à une nature magnifique et hostile, qui se rassemblent pour survivre et trouver un peu d’humanité dans ce décor « Larger than Life », dans cette liberté trop grande qui devient un carcan.

Yukon 2

Les personnages sont très justes : écorchés, blessés, mais vivants et courageux, ils vont essayer de former une communauté, et d’échanger des sentiments humains au cœur du Yukon, ce désert de glace qui anesthésie tout. Marginaux, précaires, ils ont peu de vocabulaire et nous livrent des dialogues crus auxquels répondent tout au long du spectacle des incursions narratives pleines de poésie et d’humanité.

L’interprétation des comédiens donne toutes ses couleurs et son rythme à la pièce. Pleins d’entrain et de talent, ils portent brillamment le texte, en jouant sur les nuances, les aspérités et les fêlures des personnages, passant allègrement du dialogue parlé à la narration littéraire. Coline Wauters (Kate) est parfaite en ingénue trash paumée, et campe avec brio une adolescente ingrate et attachante, tandis que le trio formé par Emile Falk-Blin (Dad’s), Lucie Guien (Yoko et Goldie) et Baptiste Toulemonde (Garin) rend parfaitement les non-dits, le poids des coups durs de la vie, les blessures et la vulnérabilité de chacun.

La mise en scène collaborative est dynamique, inventive, vivante. Avec ingéniosité et peu de moyens, les acteurs multitâches et Armel Roussel, co-metteur en scène, parviennent à nous faire voyager dans le Yukon à partir d’un canapé, après nous avoir très intelligemment initiés au vocabulaire spécifique du Canada dans une introduction (de la pièce et des acteurs) surprenante au théâtre. Ils font également le bon choix d’éviter de tomber dans l’écueil de l’imitation de l’accent québécois, en privilégiant la poétique déjà présente au travers des expressions et des syntaxes singulières.

Avec une implacable efficacité, en jouant sur la langue, les alternances du jeu et du récit, la petite troupe parvient à créer une ambiance fantastique et nous invite à prendre part à un conte dépaysant et émouvant, qui pose les questions de l’individualisme, des racines, des ancêtres, de l’héritage.

Le texte de Sarah Bertiaume, larger than life, comme la devise du Yukon, explore avec une tendresse infinie les failles et le désespoir, la culpabilité et les remords sans pour autant tomber dans l’apitoiement. Yukonstyle est une histoire universelle de quête de soi, de solitude, d’affranchissement et d’esprit de communauté : une vraie réussite !

Du 14/01/14 au 01/03/14 au Théâtre le Public

Texte : Sarah Bertiaume

Mise en Scène : Armel Roussel et les acteurs

Avec: Emile Falk-Blin, Lucie Guien, Baptiste Toulemonde et Coline Wauters

Durée : 1h30 sans entracte

Tarifs : de 8€ à 25 €

Plus d’information : Théâtre le Public http://www.theatrelepublic.be/

Tags from the story
Written By

Curieuse, spontanée, enthousiaste et exigeante, j'aime aller au théâtre et j'aime raconter ce que j'y vois, que j'ai aimé ou pas!

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *