Après Monde Nouveau, Monde ancien boucle admirablement l’Héritage des Taironas

Décidément, la bande dessinée semble se plaire dans l’Amérique du Sud des tragédies mais aussi de la beauté paysagère. Ainsi après Lax (qui mine de rien l’abordait) et Tronchet et Sibran pour leur Monde du dessous ; De Cock, Beauverger et de la Ruquerie nous entraînent, dans le deuxième et dernier tome de L’héritage des Taironas, sur la piste colombienne d’un pectoral précolombien et de haute importance. Après la poussière far-westienne du premier tome, place à la jungle et au choc des civilisations.

Monde Ancien - L'héritage des Taironas - de la Ruquerie Beauverger De Cock - Dupuis - Amour

(Vous pouvez retrouver notre critique du premier tome ici). Fini la Californie, fini le Nevada, Richard de la Ruquerie, toujours dans sa peau de négociateur loin de sa Normandie natale, s’aventure un peu plus loin dans les terres, à la découverte de la Colombie. Gareth et lui ont en effet la prestigieuse mission de construire la première ligne de chemin de fer de ce pays encore loin d’être unifié. Avec le défi mais aussi les dangers et problématiques que cela comprend. Et notamment, le sort à réserver aux indiens des premières nations qui vivent là depuis longtemps, bien avant l’hypothétique construction d’un cheval de fer. Les divergences naissent, Richard veut à tout prix garder les mains propres et trouver un compromis qui arrangent autant les autorités de cette fragile République de Colombie que les habitants des sierras. Gareth, lui, est beaucoup plus prêt à faire la concession du sang pour accomplir son dessein. Et lors d’une négociation, le drame arrive et Richard est laissé pour mort.

Monde Ancien - L'héritage des Taironas - de la Ruquerie Beauverger De Cock - Dupuis - Planche 5

Après le Monde nouveau du premier tome, place au monde ancien, et le charme opère encore plus. Les paysages verdoyants ont pris la place du désert et de la terre. Et, alors qu’on se demandait si le format de diptyque ne se révèlerait pas un peu pauvre pour répondre à toutes les questions abordées dans le premier tome, on ne peut que constater que ce deuxième tome, aussi différent soit-il dans son propos, boucle admirablement bien cette aventure américaine. Le voyage reste palpitant et ludique tout en mettant en lumière une autre histoire méconnue et tragique de l’incursion occidentale dans les terres du sud. Une autre menace aussi sur une culture rare et si fascinante.

Monde Ancien - L'héritage des Taironas - de la Ruquerie Beauverger De Cock - Dupuis - indiens

Le scénario de Stéphane Beauverge et François de la Ruquerie (qui ne raconte ni plus ni moins que l’histoire de la famille de sa femme) va à l’essentiel sans pour autant raccourcir cette incursion dans un monde disparu, et le dessin d’Elvire De Cock reste très raccord avec l’histoire, entre réalisme et style propre, avec un trait efficace et de toute beauté. Voilà, une belle conclusion pour un diptyque original qui nous aura fait voyager quelques heures. Une aventure à ne pas rater, simplement !

L’héritage des Taironas, tome 2/2 – Monde Ancien, François de la Ruquerie, Stéphane Beauverger et Elvire De CockDupuis,56p., 14,50€

Tags from the story
Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *