Les aventures d’un musulman d’ici

Les aventures d’un musulman d’ici est véritablement un livre à mettre entre toutes les mains. Dans un format autobiographique sans prétention, rares sont ceux qui arrivent à tenir un propos d’importance, sous une forme claire et informative, en s’appuyant sur une histoire personnelle, mais sans tomber dans l’anecdotique et le dérisoire. Ismaël Saïdi est de ceux-là. Auteur, scénariste et metteur en scène, il a été policier à Bruxelles dans une autre vie, avant de réaliser un master en sciences sociales, puis de se lancer corps et âme, avec un certain succès, dans ce qui l’animait au plus profond de son être : raconter des histoires et les mettre en scène, ou en images. Fils d’immigré marocain, trois frères et une sœur, il grandit à Schaerbeek et a une enfance tout à fait « normale » à ceci près qu’il est quelque peu différent des autres enfants. Parce qu’il est musulman, d’abord, mais aussi parce qu’il est assez rêveur et réservé, préférant depuis toujours se plonger dans ses pensées et dans des livres plutôt que dans une agitation turbulente.

Depuis un peu plus d’une année, Ismaël Saïdi a fait l’actualité de par le succès de sa pièce de théâtre Djihad, qui raconte les errements de trois jeunes Bruxellois un peu à côté de la plaque qui décident de se rendre en Syrie pour s’y battre, avant de réaliser leurs erreurs et que la pièce ne prenne un tournant plus tragique, qui invite à la réflexion et au regard critique tant des personnages que des spectateurs. Ici, c’est au sujet de sa vie qu’il écrit, avec un humour et une certaine forme de justesse qui le caractérisent. Son livre se base sur sa propre vie et les arbitrages qu’il a dû y faire, mais s’adresse tant aux Belges musulmans, qui s’interrogent sur les façons de concilier les différents éléments de leur identité dans une culture mixte, qu’aux non-musulmans qui ont enfin ici l’occasion d’y voir plus clair, à partir d’exemples concrets et incarnés de ce que peut bien vouloir dire, pour de vrai, ce terme un peu fourre-tout d’interculturalité. La circoncision, la pudeur, la mixité sociale (ou son absence) à l’école, l’amour, la pudeur, les vacances d’été au Maroc, tout y passe. Le racisme, le vécu du rejet ou la tristesse font aussi partie de l’équation. Parce que vivre à l’interface entre plusieurs cultures est à la fois une chance et un défi à relever, qui peut amener quelques difficultés supplémentaires pour trouver sa propre voie.

Ismaël Saïdi présente son livre « Les aventures d’un Musulman d’ici » sur le plateau de RTL

L’auteur se fait le devoir de contribuer à une meilleure compréhension entre les cultures et les individus et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y arrive de façon remarquable. A travers son histoire, précise et sans concession à lui-même, il permet au lecteur de découvrir le parcours et le quotidien d’un Belge musulman de deuxième ou de troisième génération, mais aussi ses doutes et ses questionnements. Ce livre-témoignage pourrait tout à fait devenir un outil pédagogique de choix, tant il donne à voir la complexité de la construction identitaire, en tenant compte des forces et faiblesses caractéristiques d’une telle dynamique qui s’inscrit avant tout dans la vie de personnes. Comme une invitation à mieux se connaître, mais aussi à mieux connaître l’autre, Les aventures d’un musulman d’ici sont à lire et, surtout, à partager. Bouleversant, mais optimiste, et amusant, ce livre n’est certes qu’un témoignage, mais il est d’importance. Son contenu est riche et particulièrement bienvenu alors que les espaces ouverts sur la compréhension de l’autre semblent se réduire toujours plus.

Les aventures d’un musulman d’ici, d’Ismaël Saïdi, Éditions La Boîte à Pandore, 181 p., 17,90 €. ISBN : 978-2875572035.

Tags from the story
Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *