Black Mirror : aux limites de la technologie

Black Mirror, pour ceux qui ne la connaîtraient pas encore, est une série de science-fiction qui met en scène un environnement dystopique dans lequel la technologie prend le dessus sur l’humain et devient incontrôlable.

Black Mirror dans un environnement dystopique​ ?

A l’inverse de l’utopie qui représente une vision de la société idéale, la dystopie est un récit de fiction qui présente un univers où il est impossible de trouver le bonheur. Il s’agit de faire naître un sentiment d’angoisse chez le spectateur par rapport à un environnement qui lui est familier.

L’exercice de style est assez courant dans la littérature et le cinéma. On pense directement à 1984 d’Orwell où le lecteur est plongé dans un récit anticipatif d’une société hyper-surveillée. Black Mirror en est un autre, qui, lui, met en perspective les faiblesses naissantes de notre attirance pour la science et l’automatisation.

Et ce sont des responsabilités liées à la science dont il est question. Du progrès pourrait naître de la main de l’homme tantôt un asservissement à la machine, tantôt un isolement des individus dans l’accomplissement de leurs souhaits. Divers thèmes sont ainsi abordés, touchant à la moralité de la société. Cela va de la prolongation artificielle de la vie, du contrôle optimisé de sa mémoire à l’influence des nouveaux médias. La série envisage l’homme comme prisonnier de la technique mais a bel et bien des contours réels puisque les auteurs s’inspirent du développement actuel de certaines technologies pour donner à voir un scénario inéluctable, comme pour inviter le spectateur à se réveiller par rapport à ce qui l’entoure.

La série est-elle abordable​ ?

Oui, Black Mirror, c’est avant tout des histoires indépendantes. Chaque épisode peut être vu isolément, ce qui change des séries où il faut absolument voir les épisodes dans le bon ordre pour comprendre. Que ceux qui n’y connaissent strictement rien en “high-tech” se rassurent, chaque épisode commence dans un environnement qui semble familier mais qui est perturbé au fil du déroulement de l’intrigue. La série pose ainsi de véritables questions éthiques sur notre rapport à la technologie. On part d’une supposition (“Et si ça pouvait arriver ?”) pour pousser celle-ci à la limite de la morale et conclure sur une invitation à la réflexion.

Une recette gagnante

Bien que les premiers épisodes aient un peu heurté le public britannique, la critique a très bien accueilli la série. Peu connue avant qu’elle ne passe sur Netflix, elle a su tirer son épingle du jeu et plaire au public. Black Mirror a obtenu plusieurs récompenses, dont un Emmy Award, et a été nominée à de nombreuses reprises pour le jeu de ses acteurs, le script ou pour la technique de réalisation. De plus, les réseaux sociaux ont eux aussi exprimé un retour favorable. Certains épisodes vous feront peut-être verser une larme. Néanmoins, il faut avouer que pour d’autres, les âmes sensibles devraient peut-être s’abstenir … ou passer en avant la scène. Black Mirror est en quelque sorte un ascenseur émotionnel dont l’étrangeté fascine et dérange à la fois.

Des épisodes à recommander en particulier​ ?

Si ces quelques lignes vous ont convaincu de découvrir la série, voici une sélection (garantie sans spoil) des épisodes dont les fans ont sans doute le plus discuté :

  • L’Hymne national (The National Anthem, S1E1)
    Une jeune princesse est kidnappée. Ses ravisseurs utilisent YouTube pour transmettre un message vidéo. Ils promettent de la tuer ou de la libérer si le premier ministre britannique accepte de s’accoupler avec un porc. S’ajoute à cela une condition supplémentaire…. Entre urgence et pression sociale, tout cela est-il bien moral ?
  • Retour sur image (The Entire History Of You, S1E3)
    Dans un futur pas si lointain, les gens fortunés ont la possibilité de se faire implanter une puce enregistrant leurs souvenirs afin de les regarder par la suite en superposition de leur vision ou sur un écran. Mais comment réagir face à des détails que l’on aurait préféré ne jamais voir ?
The Entire History of You © Netflix
  • Bientôt de retour (Be Right Back, S2E1)
    A la mort de son ami, une jeune veuve s’inscrit sur un site qui collecte toutes les traces de celui-ci sur les réseaux sociaux pour créer une intelligence artificielle censée l’aider à faire son deuil. Seule face à son chagrin, elle commande un clone synthétique…
  • La Chasse (White Bear, S2E2)
    Une femme amnésique se réveille dans une ville qu’elle ne connaît pas. Une partie de ses habitants la suivent avec leurs smartphones pendant que d’autres, masqués et costumés, la poursuivent pour la tuer. Qui est-elle ? Pourquoi la filme-t-on sans l’aider ?
White Bear © Netflix
  • Le Show de Waldo (The Waldo Moment, S2E3)
    Waldo, un ours de dessin animé attachant et d’apparence innocente est très populaire auprès des enfants. La chaîne de divertissement envoie le comédien qui lui donne sa voix le promener en ville pour interagir avec les passants. Lorsque Waldo interpelle un politique local, la réalisation de l’émission perd le contrôle.
The Waldo Moment © Netflix
  • Chute libre (Nosedive, S3E1)
    Une application sur les réseaux sociaux permet de distinguer les bons citoyens par affichage en réalité augmentée de leur cote de popularité. La société se sert de l’application pour leur accorder ou leur refuser certains services. Quand l’héroïne est choisie comme témoin du mariage d’une amie d’enfance, sa vie bascule.
  • San Junipero (San Junipero, S3E4)
    Deux jeunes femmes tombent amoureuses dans une ville côtière et … impossible d’en dire plus sans en dévoiler la chute. L’épisode fera verser une larme aux plus sensibles.
San Junipero by David Dettmann/Netflix
  • Arkangel (Arkangel, S4E2)
    Pour pouvoir veiller sur sa fille à tout moment, une mère lui fait implanter une puce de géolocalisation. Elle peut voir par les yeux de son enfant et flouter des éléments de sa vision.
Arkangel by Christos Kalohoridis / Netflix
  • Hang the D.J. (Hang the D.J., S4E4)
    Une application de rencontre sophistiquée évalue la compatibilité des profils pour former des couples parfaits. L’intelligence artificielle est volontairement indiscrète, pour que la relation dure toute la vie … ou presque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.