Black Mountain au Bota: entre transcendance et mélopée

Le mercredi 13 avril, entre Stereo Total à la Rotonde et Black Mountain à l’orangerie, l’ambiance au Botanique donnait d’avance le ton pour ses Nuits à venir.

Moins d’un an après leur dernière visite, c’est une salle presque comble qui accueille les Canadiens de Black Mountain, présents pour défendre leur petit dernier, IV. Un quatrième album comme son nom l’indique (et comme l’indiquaient également ceux de Led Zeppelin, Cypress Hill, The Stranglers,…) pour le quintet de Vancouver. Il aura fallu six ans entre leur dernière release et ce nouvel EP tout juste accouché. S’il faut dire qu’après leur inégalé premier album, le groupe s’enlisait un brin, manifestement ces six ans marquent un réel retour, un renouveau certain. Plus expérimental que les autres, IV met à l’honneur les synthés jusqu’alors délaissés à l’arrière-plan, offrant ainsi une suite d’odes cosmiques, parfois massive, parfois sonnant carrément 80’s.
A l’instar de l’album, le live débute avec l’intense Mothers of the Sun, qui en quelques notes subjugue le public. Dès les premiers éclats de la voix cristalline d’Amber Webber, qui n’est pas sans rappeler celle de Grace Slick, les poils se hérissent et les chairs frissonnent.
La prestation est à l’image du groupe, elle ne se contente pas de se définir par un seul style. Elle évolue, de morceaux en morceaux, mêlant pop et lourdeur, sonorités rétros et plus actuelles, blues et psyché, moments forts et aussi presque d’ennui.
Un live à deux teintes donc, tel le courant alternatif, une chanson sur deux marquait le coup. Le groupe communique peu, et la chanteuse à la si parfaite voix, paraît soit dénuée de charisme soit d’une humble introversion qui l’honore sans honorer son public.
Le public est donc en partie réceptif mais ne décolle pas non plus dans sa totalité. Si le concert est un voyage auditif parfois épique, force est de constater qu’il manque parfois de consistance et perd ponctuellement de sa puissance. Même si des titres comme Wucan, ou la plupart de leurs nouveaux morceaux nous rappellent les brillants musiciens qui nous font face, nous sortons de cette soirée tout de même assez mitigés.

Photo: Julien Timmermans

Tags from the story
, ,
Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *