Cabaret Féministe : Oh pauvre Serge !

Le 17 mars avaient lieu les deux (oui, deux !) premières représentations du Cabaret Féministe : Oh pauvre Serge ! présentées par The Cabaret Girls, troupe amateur à Ixelles. Un exploit que ces quatre demoiselles ont relevé haut la main, et ce malgré le tract et la difficulté de jouer deux fois de suite à une heure d’intervalle.

You don’t own me

Mis en scène par Serge Devos, ce cabaret féministe alliait (comme tout bon cabaret qui se respecte) chant, danse, tenues colorées et surtout une bonne dose d’humour. Pas farouches, Anne, Artemis, Emma et Johanne affichent leur féminité et revendiquent leur statut de femmes libres et indépendantes.

Parlons d’elles

Décliné en 22 scènettes, le cabaret couvre les différentes situations de la vie d’une femme : le mariage, le harcèlement de rue, les coups d’un soir, la grossesse, le célibat, la misogynie etc. avec beaucoup de justesse et de franchise. Ces petites scènes sont entrecoupées par des interludes musicaux ou historiques. On y apprend, entre autres, les exploits médicaux d’Agnodice, les idées lumineuses d’Hedy Lamar, la bravoure de Joséphine Baker et la force de Leymah Gbowee, des femmes fortes, courageuses, pleines de convictions et prêtes à se battre pour ces dernières.

Les Misogynie awards

Ce cabaret féministe nous emporte à travers un méli-mélo d’émotions : on rit, on s’indigne, on s’émerveille, on se cultive…. Bref, on passe du bon temps et on n’espère qu’une seule chose: que ces Cabaret Girls pourront rejouer leur spectacle très vite, histoire de communiquer ces émotions à tous ceux qui n’auraient pas eu la chance d’assister à leurs débuts prometteurs.

Cabaret féministe : Oh pauvre Serge !
Mis en scène par Serge Devos
Avec Anne Berthet, Artemis Rodopoulou, Emma Kersalé et Johanne Pastor.

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.