Christian Cailleaux, un magnifique pinceau dans le creux de la mer

Décidément, ces derniers mois, la bande dessinée ne s’est peut-être jamais autant préoccupée de la mer, notre mère. Parce que la marine française recrute? Pas sûr! Parce qu’un retour à l’eau, à la mer, aux océans, si fascinant doit se faire? Certainement. La houle a, en tout cas, porté l’auteur de bd Christian Cailleaux à s’embarquer pour une des plus formidables déclarations d’amour à la mer et ses hommes.

Après Lepage et son tour dans les contrées où La Lune est blanche et les explorations de Sylvain Savoia à propos des Esclaves oubliés de Tromelin, voilà Christian Cailleaux et son Embarqué chez Futuropolis. Un ouvrage dont la parution nous fait d’autant plus plaisir qu’on l’attendait depuis un bout de temps, avec l’avant-goût proposé dans les pages de La Revue Dessinée. Cette fois, ça y est, on tient Embarqué entre nos mains et le résultat se montre plus qu’à la hauteur de nos espérances, entre voyages à l’autre bout du monde, avaries et jour de calme marin, éléphants de mer, manchots et mouettes.

Embarqué Christian Cailleau Futuropolis enfant

Ainsi, Christian Cailleaux a vécu, de longs mois durant, la vraie vie de marin, dans ce qu’elle a d’excitant et d’expérience unique mais aussi de cruel et d’expérience isolante. C’est avec ses rêves de gosse, faits d’images de films et d’imagination, ses fantasmes que le dessinateur a scruté ce monde. Un monde peut-être improbable dans un XXIème siècle où la marine n’est plus vraiment synonyme d’aventures romanesques entre trésors, pirates et batailles épiques. Pourtant, oui, ils sont toujours autant à rêver d’océans, de vagues et d’horizons lointains. Ils sont jeunes ou moins jeunes, gradés ou mousses.

Embarqué Christian Cailleau Futuropolis portraits

Ils sont là parce qu’ils l’ont rêvé ou parce que c’était une bonne occasion d’avoir un boulot et un peu d’argent. Au travers de sa lucarne et de son fantastique crayon, Christian Cailleaux les a écoutés, a entendu leurs joies et aussi leurs peines, dans les soutes, sur le pont ou dans les cuisines. Il les a vu agir dans des tentatives inespérées, spectaculaires mais fructueuses de sauver des vies à terre et ainsi dévier de leur trajectoire initiale.

Embarqué Christian Cailleau Futuropolis sous-marin

Il y a de la fascination, certainement, dans le chef du dessinateur mais pas que. Christian Cailleaux fait la part des choses, force le réalisme et en agence un témoignage d’autant plus vrai. Quand il rentre dans ce sous-marin, on y croit, on la vit cette insertion, l’effet qu’elle a sur notre corps. Mais si Cailleaux brosse subtilement le portrait de ces marins d’« eaux dures »(pour reprendre le titre qui avait été donné à l’extrait publié dans la Revue Dessinée), il réalise aussi et avec justesse le portrait de cette mer sans pitié et de ses enjeux. Avec une réelle enquête sur les missions de la marine en France. Et sur l’aspect énergétique, à l’heure où les ressources sont comptées.

Embarqué Christian Cailleau Futuropolis morse

Mais à ce documentaire passionnant, s’ajoute aussi un sens inné de la reconstruction du réel, avec imagination, réelle inventivité et une richesse graphique dingue. Plus qu’un documentaire en bande dessinée, cet Embarqué est une réelle œuvre documentaire, où le réel observé et la personnalité du dessin se renforcent mutuellement. Un reportage graphique et poétique qui risque de subsister à bien des marées et des écumes. Époustouflant.

Embarqué – Carnets marins dans le jardin du commandant, Christian Cailleaux (ou Fb), Futuropolis, 164p., + 10 de notes dessinées, 24€

Retrouvez Christian Cailleaux sur son blog et sur Facebook

Tags from the story
Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *