Combo, un street artist percutant

Fondées il y a déjà plus de quarante ans, les éditions Alternatives, qui ont fusionné en 2013 avec Gallimard, proposent un catalogue où la qualité et l’originalité sont au rendez-vous. S’y trouvent des ouvrages sur des sujets divers, tels que la cuisine, l’architecture, les arts, la photographie ou l’écologie. Les arts urbains sont particulièrement liés à l’histoire de cette maison d’édition qui, dès 1985, publiait Le livre du graffiti, un classique du genre et une grande première en France. Plus récemment, leur catalogue a également accueilli Guerre et Spray de Banksy ou Women are heroes et Wrinkles of the City. Des rides et des villes de JR, dont nous vous parlions sur Culture Remains il y a seulement quelques mois.

Paru fin 2016, Combo. Artiste à risques retrace l’itinéraire de ce street-artist, dès ses premiers pas, et permet une immersion dans ses multiples œuvres, dont certaines ont déjà obtenu une visibilité et un écho importants. Né en 1987, il se découvre très jeune un goût pour l’art, le dessin et le graffiti. Il s’exerce sur les murs de Nice avant de monter à Paris, puis de voyager à l’étranger. Il a aussi travaillé un temps dans le monde de la publicité, ce qui lui a permis de développer un sens de la formule et, progressivement, d’apprendre à maîtriser l’art de capter (et de retenir) l’attention.

La journaliste Linda Mestaoui, à qui Combo a accepté de se livrer, lors d’entretiens en face à face, retrace son parcours avec soin, et tout en images : ses premiers croquis réalisés dans un cahier, encore adolescent, puis de premiers tags plus ou moins inspirés, des détournements de planches de bandes dessinées qu’il affiche ensuite, mais aussi de toiles de maître ou d’affiches de cinéma. Mais, outre la fiction, ses détournements portent aussi sur l’actualité.

Ainsi, avec beaucoup d’humour et d’imagination, il réalise des affiches mettant en scène des héroïnes de l’univers Disney durant la campagne des municipales à Paris en 2014. Blanche Neige promet la « gratuité des transports pour les nains de 12-25 ans », tandis que Mulan se bat « pour l’indépendance du 13ème arrondissement ». S’il emploie de nombreuses techniques différentes, Combo semble toujours réussir à porter un regard subtil et tout en nuances sur le monde qui l’entoure.

Suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris, l’artiste invite les Parisiens à lui envoyer des photos sur lesquelles on peut les voir occupés à faire la fête. Après les avoir dessinés, il part ensuite afficher leurs silhouettes sur les murs de la ville, pour (se) rappeler que Paris est toujours là, qu’il faut continuer de vivre et d’y croire. Élevé par une mère marocaine et musulmane ainsi que par un père libanais et chrétien, Combo a présenté début 2016 une exposition nommée CoeXisT à l’Institut du monde arabe, à Paris. En se réappropriant ce slogan imaginé par l’artiste polonais Piotr Mlodozeniec, il rappelle l’importance de la paix et la tolérance, par-delà les religions et les différences. Un message important et on ne peut plus d’actualité.

C’est un bel hommage auquel se livre Linda Mestaoui, journaliste spécialisée en mode, lifestyle et art, dans ce qui est son premier livre. Abondant en informations et en explications, Combo est aussi, et surtout, un très beau livre, donnant à voir le travail de l’artiste dans toute sa richesse, par le biais de nombreuses et imposantes images, mises en avant par une impression irréprochable.

Combo. Artiste à risques, de Linda Mestaoui, Éditions Alternatives, 2016, 224 p., 28 €. ISBN : 978-207019-756-9.

Tags from the story
Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *