Contrôle d’identités

Pour tous les lecteurs de Culture Remains, j’ai une question. Et vraiment, j’aimerais que vous y répondiez, parce que c’est une vraie question. Pas une question rhétorique, pas une de celles qu’on pose sans attendre la réponse. Non, reply is mandatory, comme diraient nos amis british.

C’est quoi, pour vous, être belge/français/anglais/… (remplissez avec la nationalité qui vous a été attribuée)?

Cette question un peu « con » dont la réponse semble tellement évidente et en même temps tellement subjective voire vide de sens, Ilyas Mettioui, se la pose…

Mais pas que. Il la pose aussi au reste du collectif Le Boréal qui lui donne la réplique et puis aussi à nous, spectateurs, qui n’en menons pas vraiment plus large.

Des pièces comme Contrôle d’identités, vu le contexte politique actuel, il en faudrait indéniablement plus. Quand on entend certains politiciens remettre en question l’espace Schengen, qu’on voit de plus en plus de citoyens, méfiants, relayer amalgames et stéréotypes aussi naturellement qu’on commente la météo, que des êtres humains qui fuient la guerre se voient obligés de planter leurs tentes dans un parc humide et totalement inadapté à l’accueil de réfugiés, on ne peut certes pas le nier. Confronter le nationalisme et la recherche identitaire ne peut nous faire que du bien.

La mise en scène est originale et surprenante. Mélangeant différents médias, passant d’un personnage à un autre sans crier gare et jouant sans complexe avec les frontières du spectacle et de la réalité, Contrôle d’identités est une pièce pleine de ressources. Mus par cette tenace envie de nous offrir une pièce qui se veut être une bonne tranche de rigolade tartinée de réflexions philosophiques et idéologiques, les acteurs et leur jeu ne trompent pas. Ils sont contents d’être là, avec nous (et peut-être -qui sait? – avec vous) et de partager ne serait-ce qu’une soirée avec nous. Cette motivation, couplée à la mise en scène audacieuse, est, sans conteste, ce qui rend la pièce aussi singulière.

Pourtant, on ne peut que s’empêcher de regretter que le collectif ne creuse pas plus le sujet. A visée pédagogique, la pièce perdrait-elle de son sens si les sujets envisagés venaient à être plus explorés, plus détaillés, plus élaborés? Peut-être. Pour un public déjà sensibilisé, cependant, le sentiment de rester trop en surface se fait malheureusement ressentir.

Mais à cela d’aucuns me rétorqueront que le public déjà sensibilisé n’est pas forcément la cible d’une telle pièce et que que si celle-ci peut éveiller quelques consciences, offrir une nouvelle approche et révéler des pistes de réflexions insoupçonnées parmi le public non averti, c’est tout ce qui importe… Et à nous d’admettre… que ceux-ci auront incontestablement raison.

Contrôle d’identités

Une création collective du BOREAL en coproduction avec l’espace Magh.
Au Théâtre Marni, 25 rue de Vergnies, 1050 Bruxelles, du 8 au 17 octobre 2015
Tél +32 2 639 09 80 – Fax +32 2 639 09 80 – info@theatremarni.com

Mise en scène: Ilyas Mettioui.

Avec: Bruno Borsu, Pauline Georger, Martin Goossens, Zoé Janssens, Ilyas Mettioui, Alex Moyroud, Taïla Onraedt.

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *