Drones, tome 1: Le Feu d’Hadès

Avec Drones, Sylvain Runberg décide une nouvelle fois de s’essayer à un style différent. Après avoir contribué avec un grand succès à des séries de science-fiction (Orbital en tête de liste), des chroniques autobiographiques (Les Colocataires), à de la Fantasy (Konungar) ou encore à l’adaptation du best-seller Millenium, il décide aujourd’hui de s’attaquer à une oeuvre de fiction d’anticipation mettant en scène un avenir proche et crédible qui soulève une série d’enjeux politiques et de société. Pour l’épauler dans cette tâche on retrouve Stéphane Louis, à qui on doit Escobar et Martin Bonheur, qui revient vers la BD d’action avec un plaisir que l’on ressent dans la vigueur de ses traits. Il arrive ainsi à jongler avec les espaces, entre des combats de drones qui impliquent de vastes étendues et des plans plus resserrés qui mettent en exergue les émotions des personnages ainsi que l’ambiance pesante de certains plans. Pour compléter ce binôme, Vera Daviet apporte des couleurs bien choisies qui permettent de nuancer encore un peu plus les atmosphères que l’on retrouve au fil des scènes.

Extrait - Page 5

Très rapidement Drones nous met face à la dualité d’un affrontement entre deux camps qui tiennent fermement leurs positions, dans un contexte économique et politique plus que crédible. Deux femmes cristallisent cette guerre sans merci qui se livre jour après jour: d’un côté, Louise Fernbach, pilote de drone à Stockholm, qui vit ces affrontements de façon très détachée comme au sein d’un jeu vidéo, mais qui finit par développer une haine farouche pour cette révolutionnaire qui lui tient tête et qui la gêne dans son quotidien. De l’autre côté, on trouve Yun Shao, une terroriste catholique chinoise, qui tente de renverser l’ordre politique établi suite aux massacres connus par sa communauté, et qui voit tomber les siens jour après jour sous les coups de ces drones impitoyables.

Loin de tomber dans une analyse manichéenne des enjeux d’une guerre qui rappelle bien des conflits actuels, le récit propose de prendre un certain recul en interrogeant les véritables motivations de chacun des deux camps, et s’ouvre sur une série de questionnements d’actualité sur la façon de gérer les conflits ainsi que les implications de l’utilisation de nouvelles technologies militaires « déconnectées » de la réalité sanglante de la guerre. A l’image des drones qui survolent les paysages à une vitesse folle, le récit soutient un rythme très élevé et un suspense qui ne manqueront pas d’accrocher le lecteur et de le laisser haletant à la fin de ce premier tome, donc on attend désormais la suite avec impatience.

Extrait - Page 6

En conclusion, Drones est une nouvelle série de science-fiction prometteuse qu’il faudra suivre de près, tant pour son rythme qui emporte le lecteur que par la profondeur des questionnements qu’elle propose.

Drones, tome 1. Le Feu d’Hadès, par Louis, Sylvain Runberg et Daviet, Le Lombard, 48 p., 13,99 €. ISBN : 9782803635276.

Tags from the story
Written By

Lecteur insatiable, grand amateur de jeux vidéos et rédacteur à mes heures perdues. Fan absolu d'heroic fantasy, je n'ai toujours pas trouvé de concurrent à "La Roue du Temps" de Robert Jordan. "Duty is heavier than a mountain, death is lighter than a feather".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *