Eddie The Eagle, un aigle survole la folie des 80s

Dans les années 80, tout était permis, les pures folies, les rêves impossibles sur une musique entraînante. Eddie The Eagle ne déroge pas à la règle en se basant sur une anecdote aussi loufoque que véridique. Un film so british et tout scluss qui donne la pêche.

Edwards a le sport dans les veines. Seulement, pas de veine, le sport ne l’a pas à la bonne! Mais Eddie Edwards a la devise de Pierre de Coubertin résonne en lui et suinte par tous ses ports: l’important, c’est de participer. Et Eddie y compte bien, au grand dam de ses parents. C’est sûr il sera un jour aux Jeux Olympiques… mais encore faut-il trouver le sport qui l’y amènera. Et ça, c’est loin d’être gagné! Alors, pendant que son père compte les dépenses, Eddie se dépense sans compter, bien souvent rejeté par les autres sportifs avant même d’avoir fait ses preuves. Il s’en remet à coup de coups de coeur pour une énième fois. Puis, un jour, c’est l’illumination. En voyant le saut de l’ange du Finlandais volant, Matti Nykänen. Eddie tient enfin le sport qui lui permettra de tutoyer les cimes: le saut à ski! Encore faut-il l’apprendre. Et quoi de mieux comme entraîneur qu’une ancienne gloire alcoolique? Contre vents et tempêtes (de neige), Eddie va slalomer vers son rêve.

On connaissait les Rasta Rockett (déjà immortalisé par un film), mais peut-être avait-on oublié l’éblouissant Eddie The Eagle. Pas de souci, le réalisateur Dexter Fletcher (plus connu en tant qu’acteur que réalisateur mais quelque chose nous dit que le vent pourrait tourner) se charge de nous rappeler que les JO d’hiver de Calgary furent riches en attachantes curiosités, en héros de l’ordinaire se montrant à la portée de l’exploit. Car qui aurait parié sur l’idiot du village… olympique, Eddie The Eagle?

Eddie the eagle - Hugh Jackman - Taron Edgerton - Bar

Taron Egerton n’a pas hésité lui. Et c’est dans la peau d’un magnifique loser qu’on retrouve l’acteur révélé par Kingsman, loupes en guise de lunettes, moustache guère fournie et menton en avant. Loin du rôle de beau gosse, Egerton campe un idiot aussi risible qu’irrésistible du début à la fin. Et que dire de la paire qu’il forme avec Hugh Jackman, une nouvelle fois dans la peau d’un entraîneur brut de décoffrage. Le reste du casting fait des étincelles. Ainsi la course folle peut commencer bien loin des films sportifs souvent trop sérieux qui envahissent nos écrans.

Eddie the eagle - Iris Berben - Hugh Jackman

Ici, le ton est britannique dans le moindre flocon de neige, décalé et complètement drolatique. Mais pas flegmatique pour un sou car la mise en scène suit l’épopée de son héros improbable et s’envole très rapidement pour rester en haut-vol, loin du pilotage automatique. S’ensuit un rire en cascade, qui fait effet boule de neige et cause l’hilarité générale. Le tout porté par une magnifique musique rétro composée par Matthew Margeson, tout en synthés et en sons très eighties. Une bande-son parsemé de hits comme seuls les années 80 pouvaient en faire mais qui voit aussi Holly Johnson (la légendaire voix de Frankie goes to Hollywood) donner vie au générique de fin.

Et de la courte carrière de cet idiot admirable, de ce héros à son échelle qui, fort de croire en ses rêves ne s’est pas contente de les vivre mais les a surpassés; Dexter Fletcher livre un conte imparable fort en croustillant et en hommage à une décennie du feu de dieu. On ressort de là avec la banane et la sensation que même au pied du mur, rien n’est impossible. Un film intelligent et inventif qui sort du carcan du biopic pour offrir un spectacle quasi-inédit. Et qu’est-ce que ça fait du bien! Plus fort et plus haut que Billy Elliot, de la haute-voltige!

Eddie the eagle - Taron Edgerton - Eddie Edwards

Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *