Excusez-moi, je ne suis qu’une vendeuse !

Le titre est un peu provocateur, réducteur et peut-être même un peu discriminatoire. C’est justement ce que je voulais évoquer chez les gens. Parce que cela m’agace d’entendre de nombreuses réflexions lorsque j’annonce aux gens que je travaille dans la vente alors que j’ai un master en journalisme.

En effet, après avoir acquis mon master en journalisme, je me suis rendu compte que travailler dans une rédaction n’était vraiment pas pour moi (les horaires impossibles mais surtout l’ambiance malsaine qui règne dans les rédactions, et cette impression de prendre les gens pour des c***). J’ai donc commencé un travail dans la vente. Toujours en travaillant à temps partiel afin de pouvoir faire vraiment ce qui me plaît à côté. Et les réflexions ont commencé à fuser : « mais c’est provisoire?,  » tu cherches autre part non ? », « mais pourquoi tu n’as pas cherché dans le journalisme? » « tu n’as pas trouvé dans le journalisme et donc tu fais ça parce que tu as besoin d’argent ? », etc. Réflexions qui bien évidemment sous-entendent qu’il est impossible que j’aie choisi volontairement de travailler dans la vente, étant soi-disant trop intelligente pour ça et ne souhaitant que de l’argent. Bien sûr, l’aspect économique est à prendre en compte, mais pas seulement !

vente
Non ce n’est pas que pour l’argent…

Alors, j’ai envie de dire « mais foutez moi la paix », car oui j’ai fait des études et je pourrais avoir un métier que vous jugez « supérieur » car il demande justement d’avoir fait des études ou qui me rapporterait plus d’argent. Mais en ai-je envie ? Eh bien absolument pas ! Car je me connais, et je sais que travailler dans le journalisme ou même dans la communication 38h par semaine (heures d’un temps plein en Belgique) me fatiguerait et me dégoûterait. Et justement, cette fatigue m’empêcherait de faire tout ce que j’aime et qui me donne du plaisir à côté. Car à côté, j’écris, je fais des vidéos et je prends mon pied tout simplement de toutes les façons possibles… Et non, mes études ne me servent pas à rien. Sans elles, je ne serais pas capable de filmer et monter mes vidéos. Et mon blog n’aurait certainement pas la même fréquence ou encore la même rigueur !

Et finalement, toutes ces activités ne me sont possibles que grâce à mon travail à temps partiel dans la vente. Petite réflexion cependant sur la pénibilité du travail dans la vente qui est bien souvent oubliée… Car lorsque j’ai commencé mon premier boulot dans ce domaine je me suis pris une sacrée claque. C’est éreintant, physiquement mais aussi mentalement. Et il demande aussi beaucoup de patience afin de faire face à de nombreux clients, parfois très c*** ! Bref, c’est aussi fatigant que n’importe quel boulot, mais il y aussi de bons côtés ! Pour ma part, c’est le fait qu’il ne soit pas trop prenant ni trop stressant. Et surtout, travaillant seule, que je ne sois pas obligé de travailler avec des gens imbus de leur personne qui pensent tout savoir… Vous l’aurez compris, pour l’instant ce job me convient parfaitement.

leave-me-alone_vente

Il faut cependant avouer que cette pression sociale m’a longtemps pesée. Je remettais très souvent mes choix en question, pensant que le fait de ne pas avoir un travail valorisant faisait de moi quelqu’un de moins intéressant. Je me forçais donc à chercher un autre travail, me stressait, m’angoissait. Je me répétais sans cesse qu’il fallait que je trouve quelque chose d’autre, non pas par réelle envie mais pour prouver aux autres que je « valais mieux » que ce que je faisais. Sous-entendu, la vente est quelque chose de rabaissant… Esprit condescendant, bonjour ! Mais sachez, chers lecteurs, qu’aucun travail ne définit une personne, fort heureusement, et que le principal dans la vie c’est de se faire plaisir. Après tout, je ne m’ennuie aucunement dans mon travail, j’ai la chance de vendre un produit (la cigarette électronique) qui me plaît dans une petite entreprise qui me plaît. Et surtout, je m’enjaille dans ce que je fais lors de mon temps libre.

Bien évidemment, peut-être que cette solution ne me conviendra plus dans un certain temps, et ce n’est qu’alors que j’aviserai. Après tout, la vie est faite de nombreux changements de directions et c’est ça qui la rend si intéressante. De plus j’ai de nombreux projets, qui un jour j’espère, vont se concrétiser et je ne peux y aboutir en ayant un travail trop chronophage.

Article initialement publié sur Desexefeminin

Written By

Passionnée par l'écriture, j'ai fait des études de journalisme et me voilà maintenant journaliste freelance et rédactrice (c'est un peu comme une vie de saltimbanque avec de la déontologie et un peu de sérieux en plus!). Parfois aussi je prends ma caméra et j'arrive même à en faire des reportages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *