Fantômas

Génie du crime, Fantômas fait partie de l’histoire littéraire populaire de France. Créé vers 1910 par Pierre Souvestre et Marcel Allain, il est l’emblème de la Belle Époque. Les surréalistes s’en sont emparés, les intellectuels, les artistes, les écrivains, les journalistes et la psychanalyse ont glosé sur son imagination, ses thématiques, sa portée politique, ses trouvailles stylistiques et dramaturgiques… Les adaptations, hommages, copies, parodies et détournements se comptent par centaines, sans doute par milliers, dans tous les domaines.

2

Aujourd’hui pourtant, si le nom de Fantômas est bien vivant, sa mémoire est moribonde. Pour beaucoup, le premier terroriste de l’ère moderne, celui qui a mis l’Europe à feu et à sang, tenu les rois en otage et fait vaciller les États, celui qui a torturé, tué, mutilé, incendié, pillé, celui qui a répandu des épidémies et levé une armée de criminels, le Maître du Crime, le Prince de l’Effroi, n’est plus qu’un pitre au masque bleu, incarné par Jean Marais, poursuivi par Louis De Funès.Triste.

C’est un retour aux sources que nous propose le Théâtre Royal du Parc. Fantômas, l’homme aux cent visages, est, ici, incarné par Othmane Moumen, véritable performeur et animal de scène. Il démontre son talent à la fois physique et scénique. Une belle performance dans cette intrigue noire aux courses-poursuites échevelées, entrecoupées de pointes d’humour simples, sans jamais être simplistes.

3

Petite déception sur la bande-son de la pièce hors rythme et déconcertante par moment. La mise en scène, l’histoire et les décors l’excusent toutefois largement. En effet, ces décors amovibles, dont le Théâtre du Parc détient le secret, permettent un grand panel visuel, toujours détaillé et fourni. La scénographie, découpée tel un épisode télévisuel, emprunte même quelques codes au cinéma muet et l’utilisation originale et efficace du projecteur confirme définitivement notre opinion: c’est du grand art.

Un spectacle grand public ponctué de quelques bonnes références cinématographies (j’ai d’ailleurs connu une Polonaise qui en prenait au petit-déjeuner…)

Fantômas

Mise en scène : Jasmina Douieb

Avec : Muriel Clairembourg, Didier Colfs, Damien De Dobbeleer, Jean-Marc Delhausse, Héloïse Jadoul, Thierry Janssen, Othmane Moumen.

Jusqu’au 31 décembre 2015 au Théâtre Royal du Parc

Tags from the story
Written By

Je suis un des prototypes personnels de Dieu. Un mutant à l'énergie dense, jamais conçu pour la production en série. Trop bizarre pour vivre et trop rare pour mourir. --Las Vegas Parano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *