« On purge Bébé » de Feydeau à la Samaritaine

On purge Bébé de Georges Feydeau se joue au théâtre de la Samaritaine à Bruxelles du 8 au 23 décembre 2015 à 20h30, relâche dimanche et lundi. Cette pièce mise en scène par Yves Claessens réunit à nouveau Arnaud Van Parys et Sarah Dupré, respectivement dans les rôles de Monsieur et Madame Follavoine. Nous souhaitons de tout cœur à Arnaud que sa dulcinée du soir, et qui l’est également dans la vraie vie, ne s’est pas trop imprégnée de son rôle dans le quotidien…

CR002

« C’est le grand jour pour Monsieur Follavoine: il a enfin obtenu un rendez-vous d’affaires avec Monsieur Chouilloux afin de fournir à l’armée ses célèbres pots-de-chambre en porcelaine incassable. Cependant, il ne pouvait pas prévoir que l’avènement de l’ère moderne allait s’immiscer dans sa vie de famille. De plus, il faut purger bébé. »

Une comédie vaudevillesque de Feydeau made in Belgium

Jouée pour la première fois le 12 avril 1910 à Paris, cette pièce aborde des thèmes de société centraux au début du XXe siècle comme l’éducation et la condition féminine. Les réunions des « bas bleus » et le mouvement des « suffragettes » n’avaient pas échappé à l’oreille attentive de Feydeau. Les stéréotypes et les caricatures sont légion dans ce texte où le « Ta gueule! » de Toto avait ébranlé Paris à l’époque.

CR008

Dans la version qui se joue à Bruxelles en cette fin d’année, les textes originaux sont agrémentés de petits monologues d’Octave Mirbeau tirés du roman Journal d’une d’une femme de chambre, paru en 1900. Celui-ci relate la vision d’un monde désolé à travers les yeux d’une soubrette qui aime écouter aux portes et regarder par le trou de la serrure.

Yves Claessens et les acteurs donnent un ton contemporain à la pièce, sans toutefois s’écarter de la trame originale. L’introduction en musique plante le décor avec ingéniosité. Arnaud Van Parys et Sarah Dupré, découverts dans Meurtres in Progress le mois dernier, forment un duo toujours aussi explosif avec une débauche d’énergie impressionnante du début à la fin du spectacle. Les mimiques de Monsieur Follavoine valent le détour.

CR004

Le troisième personnage principal de ce vaudeville n’est autre de Robin Van Dyck que certains ont pu voir dernièrement au café théâtre de la Toisor d’or avec la compagnie « On dit une couque? ». Il n’est d’ailleurs pas le seul à avoir fait le déplacement depuis le TTO puisque François Doms est également présent dans la pièce avec plusieurs apparitions pour le moins inattendues. Nathan Fourquet-Dubard joue le rôle du petit toto et c’est mission réussie puisqu’il ne faut pas longtemps avant que l’on souhaite noyer l’affreux bambin. Elsa Rollat tire également son épingle du jeu, notamment en rendant un bel hommage à Janis Joplin.

CR015

Ce spectacle est drôle et tout le monde s’y retrouve. Entre l’intro des Doors et les trois rappels du public, le temps file et les dialogues s’enchaînent sans interruption. Pas besoin de deus ex machina pour sauver le spectacle qui s’en sort très bien tout seul. Lors de la première, le public était ravi et tout le monde avait le sourire en quittant La Samaritaine. Feydeau serait sûrement ravi de voir que sa pièce On purge bébé fait toujours rire plus d’un siècle après sa création.

La Samaritaine: une institution au coeur des Marolles

Pour ceux qui n’ont jamais entendu parler de la Samaritaine, il s’agit d’un café-théâtre mais pas uniquement. Le restaurant social est situé au N°41 de la rue du même nom. Tous les jours, une cinquantaine de repas sont préparés par des bénévoles pour aider les plus démunis. Une bouteille est présente dans le bar à la fin du spectacle afin d’aider le restaurant à perdurer. Ne faites pas comme moi et pensez à prendre une pièce ou un billet car il n’y a pas de Bancontact dans cette cave bien chaleureuse.

CR019

Plus d’informations sur le site de la Samaritaine

Mise en scène: Yves Claessens
Régie:
Lucas Hoyois
Avec: Arnaud Van Parys, Elsa Rollat, Sarah Dupré, Robin Van Dyck, Nathan Fourquet-Dubard, François Doms
Photos et vidéo du spectacle: Douglas Linge

Written By

"Follow the white rabbit..."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *