Hiboux, ananas et triangles

Je sais, ce titre laisse rêveur, ou mitigé avec une pointe d’anxiété, c’est à voir. N’empêche qu’il s’agit d’explorer le sombre, obscur questionnement du choix des objets iconiques. En l’occurrence, ces trois-ci.

Si vous fréquentez occasionnellement les magasins de fringues (traduction polie de shoppeuse effrénée), vous aurez remarqué qu’on les retrouve un peu partout depuis une ou deux saisons : motifs de sacs, logo sur les t-shirts, babioles qui brillent et font du bien à nos poignets, chevilles, cou… Les possibilités sont multiples et plutôt jolies, on est d’accord.

Mais le problème profond est: pourquoi eux? Par exemple comment cet ananas s’est-il retrouvé sur notre pull? Parce que, en toute honnêteté, je ne trouve pas qu’il possède un atout beauté suprême lui permettant de supplanter haut la main, mettons, un kiwi. Sans parler d’une cerise. C’est adorable une cerise, on en a toutes mis comme boucles d’oreilles étant petites (*époque bénie où le ridicule ne tuait pas encore). Ou même une petite fraise. Voire si l’on s’écarte un peu, un chips, une tourte, une cuisse de poulet, … Alors pourquoi lui? Doit-on envisager la possibilité d’un lobby de l’ananas? D’une conspiration internationale, en partenariat avec les producteurs fruitiers (d’ailleurs si on fait gaffe, contrairement à une certaine marque de banane très connue, le cultivateur d’ananas agit dans l’ombre et l’anonymat, ah!) pour imposer cette chose qui n’a que des semi piquants, comme représentant incontesté du style?

hiboux3

Idem pour les hiboux. Qu’est ce que c’est que cette affaire? Je veux dire, la confrérie des amoureux des hiboux trouvait qu’ils étaient dévalués par rapport aux pandas ou que leur capital sympathie n’était pas aussi important que celui des petits chiens fluffly et des singes qui se posent sur les épaules? Je ne dis pas, leurs jolis grands yeux conviennent particulièrement aux motifs de mon pijama, mais n’empêche que ça fait réfléchir. Et puis, moi je serais un hibou, je ne sais pas si je me sentirais crédible dans ce rôle d’égérie à paillettes. Niveau crainte et respect des autres espèces ce n’est, qui plus est, pas l’idéal.

Pour les triangles je peux comprendre. Géométrique, épuré, motif parlant mais simple. En attendant, comment cela s’est-il déroulé? Y a t-il eu une réunion marketing au sein d’un grand bureau publicitaire, avec des spécialistes com’ férus de Pythagore, qui on décrété qu’on était dans l’année du triangle (pas plus bête que celle du bœuf, du rat ou du chinchilla au fond)? Parce qu’il s’agit aussi d’envisager l’avenir. D’imaginer ce à quoi on peut s’attendre pour la suite. D’autant que, en tant qu’obsédée de mode, suis-je en droit d’émettre des suggestions? Même si, je l’admets, si je devais adresser une lettre avec un contenu proche de « Bonjour, mon légume préféré est le cornichon et j’aime les hérissons et les écureuils », j’aurais l’impression de rejoindre le club très privé de ceux à qui l’on fournit gratuitement des petites pilules colorées pour le plaisir de les voir arrêter de parler aux salières.

Enfin tout cela pour dire que le débat est lancé et surtout vous proposer une chouette dreamlist Pinterest aux motifs reliés.

hiboux2

*Cet article a été écrit sans la moindre prise de drogue, alcool ou bonbons.

Written By

Barbara, vingt ans et quelques années supplémentaires. Graphiste, rédactrice web freelance, responsable communication. Folle amoureuse de la mode, du design, de la culture. Bloggeuse passionnée et catastrophiquement maladroite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *